Résidences secondaires: Mesures de soutien à l'occupation rejetées

Actualisé

Résidences secondairesMesures de soutien à l'occupation rejetées

L'Etat ne doit pas prendre des mesures contraignantes pour améliorer l'occupation des résidences secondaires.

Par 22 voix contre 14, la Chambre des cantons a enterré jeudi une motion du National réclamant des propositions pour lutter contre les lits froids favorisant notamment les locations de vacances.

Avec les restrictions auxquelles est soumise la construction de résidences secondaires, il faut prendre des mesures pour pouvoir continuer à répondre à la demande. Favoriser l'occupation des logements existants est un bon moyen de soutenir le secteur touristique et d'exploiter pleinement leur potentiel économique, a expliqué Didier Berberat (PS/NE) au nom de la commission.

La location et le soutien à la location de logements de vacances n'est pas une tâche de l'Etat, a répliqué Georges Theiler (PLR/LU). Il ne faut entraver que dans les cas d'absolue nécessité la liberté des propriétaires. Ces derniers ont construit des résidences secondaires pour leurs propres besoins et pas pour les louer. Les y obliger aura un effet boomerang sur le prix de l'immobilier et sur les hôtels.

L'initiative de Franz Weber péjore le développement économique des régions périphériques, elle pourrait faire disparaître 15'000 emplois, a averti René Imoberdorf (PDC/VS). La motion ne demande au Conseil fédéral que des propositions pour favoriser une meilleure occupation des résidences secondaires. Le Parlement pourra toujours dire «non» ensuite.

Selon Martin Schmid (PDC/GR), cela fera perdre du temps à l'administration: si ce texte passe, le calendrier de mise en oeuvre de l'initiative sur les résidences secondaires risque de ne pas pouvoir être tenu. Malgré les dénégations de la ministre des infrastructures Doris Leuthard et son soutien à la motion, la majorité l'a enterrée. (ats)

Ton opinion