Récompense: Metallica et une école afghane: «Nobel» commun
Actualisé

RécompenseMetallica et une école afghane: «Nobel» commun

Le groupe californien et une école ont été récompensés par le Polar Music Prize, surnommé le Nobel de musique.

par
cma
AFP

Qu'ont en commun le groupe de heavy metal Metallica et l'Institut national afghan de musique (Anim)? Ils se partagent le Polar Music Prize, édition 2018, dont les lauréats ont été révélés mercredi 14 février.

Cette récompense, souvent surnommée le Nobel de la musique et qui a pour vocation de «briser les frontières musicales en réunissant les gens venus des différents mondes de la musique», a été créée en 1989 par le défunt Stig Anderson, manager du groupe suédois ABBA et créateur du label Polar Music.

Elle est attribuée chaque année à deux artistes. Parmi ceux qui l'ont remportée lors des précédentes éditions, on trouve Sting et Wayne Shorter, Yo-Yo Ma et Paul Simon, Ennio Morricone et Björk, Bob Dylan et Isaac Stern, ou encore Ray Charles et Ravi Shankar.

Pas sûr que le million de couronnes (environ 100'000 euros) que recevront chacun des lauréats lors d'un gala télévisé le 14 juin 2018 à Stockholm fasse de grande différence dans la cagnotte de Metallica. Lars Ulrich, batteur du groupe, né au Danemark, n'en a pas moins qualifié le Polar Music Prize de «grande reconnaissance de tout ce que Metallica a fait depuis 35 ans». Il a ajouté: «En même temps, nous nous sentons tout jeunes avec encore un tas de bonnes années devant nous». Le groupe a sorti en 2016 son dixième album studio, «Hard Wired ... to Self-Destruct» et se produira à guichets fermés le 11 avril à Palexpo.

Le montant du Polar Music Prize ira compléter les sommes versées par la Banque mondiale et les bailleurs internationaux qui soutiennent l'Institut national afghan de musique (Anim). Cette école enseigne la musique tant afghane qu'occidentale à des enfants pour beaucoup pauvres, orphelins et/ou travailleurs des rues. Fondée en 2010 par Ahmad Sarmast, elle a lancé en 2016 la formation symphonique féminine «Zohra» qui s'est produite pour la première fois à l'étranger au Forum de Davos (Suisse) en janvier 2017, pour un concert composé uniquement de classiques afghans. Musicologue et trompettiste, Ahmad Sarmast «s'est dit très heureux, honoré et privilégié» d'avoir obtenu ce prix.

Ton opinion