Tempête: Météo: deux morts en France, dégâts en Espagne
Actualisé

TempêteMétéo: deux morts en France, dégâts en Espagne

Alors que la tempête qui frappe la façade atlantique de la France depuis dimanche commençait à régresser mardi, une deuxième victime était déplorée à Biarritz.

Au Portugal, en Espagne et jusqu'au Maroc, le vent et la pluie ont provoqué d'importants dégâts matériels.

Après un pic des vagues au cours de la nuit de lundi à mardi, la tempête se calmait mardi sur la Côte atlantique, a annoncé Météo France. A Biarritz, cité balnéaire des Pyrénées-Atlantiques, un sans domicile fixe aurait été emporté par une vague lundi soir, selon les services de secours.

Une femme de 28 ans est toujours portée disparue après avoir été happée par une vague dimanche. La houle a également fait des dégâts en bordure des plages de Biarritz et endommagé notamment la façade et les vitres du casino.

Météo France avait placé tout le littoral sous vigilance orange en raison du risque de «vagues-submersion». Mais cette alerte a été levée mardi en fin de matinée, tandis que la dépression à l'origine du phénomène s'éloignait vers le nord.

Lundi soir, à marée haute, des vagues pouvant atteindre près de 12m de haut avaient été constatées à Belle-Ile (Morbihan). A Treffiagat, dans le pays Bigouden, la dune a été avalée sur 150 m de long et six de large par la houle, menaçant une vingtaine d'habitations.

En Gironde enfin, c'était la situation du «Signal», un immeuble d'habitation de quatre étages sur le littoral de Soulac-sur-Mer, déjà menacé par l'érosion, qui retenait l'attention mardi, alors que l'océan a gagné quatre mètres en quelques jours.

Voitures emportées à Porto

Au Portugal, une puissante vague a emporté lundi une vingtaine de voitures et fait quatre blessés légers à Porto. Le périmètre de sécurité autour du lieu de l'incident a été élargi et la circulation sur la route qui longe la côte interrompue par précaution jusqu'à mardi matin.

Les quatre blessés légers, âgées d'une soixantaine d'années, ont été transportés à l'hôpital, ont précisé les secours sur place. Selon l'agence Lusa, un autocar qui transportait des touristes a dû être remorqué.

La circulation a été interrompue sur les routes du bord de mer à Matosinhos, dans la banlieue de la ville, et à Povoa do Varzim, où les vagues ont atteint neuf mètres de haut. Au sud de Porto, les vagues ont également envahi deux bars situés sur une plage à Espinho, tandis qu'à Ovar, un homme renversé par une vague a été légèrement blessé.

Dans les environs de Lisbonne, les vagues ont causé des dégâts dans des restaurants et établissements situés en bord de mer. Et à Quarteira dans l'Algarve, au sud du pays, douze jeunes qui avaient décidé de se baigner malgré une forte houle ont dû être secourus. L'institut portugais de la mer et de l'atmosphère (IPMA) a placé dix districts du pays en alerte rouge, le niveau le plus élevé sur une échelle de quatre.

Alerte rouge en Galice

En Espagne, les recherches menées avec l'aide d'une vedette des secours en mer et d'un hélicoptère pour tenter de retrouver les trois promeneurs disparus à Valdoviño, dans la région de La Corogne, ont été interrompues lundi en fin de journée et devaient reprendre mardi.

La Galice était placée lundi en alerte rouge, le niveau maximum, en raison d'une violente tempête risquant de soulever des vagues jusqu'à neuf mètres de haut, ont averti les services météorologiques.

Corniche de Aïn Diab submergée

La forte houle qui sévit en Europe a également touché le Maroc, où des vagues atteignant parfois huit mètres ont provoqué d'importants dégâts et des inondations à Casablanca et Rabat, a constaté mardi un photographe de l'AFP. A Casablanca, capitale économique, la corniche de Aïn Diab a été submergée durant la nuit et plusieurs restaurants ont subi d'importantes inondations, ainsi que des dégâts matériels.

A une centaine de kilomètres plus au nord, Rabat, la capitale politique, n'a pas échappé à cette tempête d'une rare intensité: des centaines de roches arrachées des falaises par la puissance des rouleaux ont été projetées à plusieurs mètres du littoral, bloquant la route côtière. Inondée, cette voie de circulation, qui n'avait pas été bouclée durant la nuit, a finalement été fermée en matinée. (ats)

Ton opinion