La Suettaz/Nyon: Méthodes des opposants dénoncées
Actualisé

La Suettaz/NyonMéthodes des opposants dénoncées

L'argumentaire du référendum contre le projet d'aménagement de la Suettaz était mensonger, estiment les autorités.

par
mpo
Les Nyonnais se prononceront sur le projet de la Suettaz en février 2020.

Les Nyonnais se prononceront sur le projet de la Suettaz en février 2020.

Keystone/Martial Trezzini

Le référendum contre le Plan d'affectation du quartier de la Suettaz, à Nyon a été été validé par la Municipalité. Néanmoins elle a dénoncé vendredi des irrégularités. Les autorités reprochent aux référendaires d'avoir récolté les deux tiers des signatures «en usant d'un procédé contestable». Elles estiment dès lors qu'elles auraient pu invalider le texte.

L'Exécutif rappelle avoir remis à l'ordre les référendaires lors de la validation initiale de la liste de signatures. A l'époque, des échanges ont eu lieu «au sujet de l'argumentaire figurant au verso, celui-ci présentant des affirmations manquant manifestement d'objectivité». Un accord avait été trouvé et la récolte avait pu démarrer.

Propos insultants

Or, indique la Municipalité, lors de la vérification des signatures, les services «ont constaté que la majorité des listes ayant servi à la récolte de signatures étaient accolées à un second argumentaire». Ce texte, dénonce le gouvernement, «contient des propos indiscutablement contraires à la vérité et déplacés, voire carrément insultants vis-à-vis de la Municipalité. Il lui est notamment reproché 'd'avoir menti au Conseil communal' et de lui avoir 'caché un important rapport d'expert'. La Municipalité est également accusée d'offrir aux promoteurs, à travers ce projet, 'une série d'avantages hors normes comme l'entretien des chemins traversant ces parcelles privées', le comité référendaire précisant de surcroît: 'Ce cadeau sera payé avec vos impôts!'»

Malgré ces faits, les autorités nyonnaises ont décidé de valider le référendum« afin de ne pas retarder encore par des procédures judiciaires la construction de logements à loyers abordables». Le vote devrait avoir lieu en février 2020.

Ton opinion