France Telecom: Méthodes tenant du «harcèlement moral»

Actualisé

France TelecomMéthodes tenant du «harcèlement moral»

La justice française va enquêter sur la vague de suicides à France Telecom à la suite d'un rapport de l'inspection du travail et d'une plainte d'un syndicat.

L'entreprise fait face à une vague de suicides de ses employés.

L'entreprise fait face à une vague de suicides de ses employés.

Ces derniers dénoncent une «mise en danger d'autrui» et un «harcèlement moral» liés aux méthodes de l'entreprise.

Selon Me Jean-Paul Teissonnière, avocat du syndicat Sud, le parquet de Paris va ouvrir une information judiciaire dans «les tout prochains jours» qui sera confiée à un juge d'instruction du pôle de santé publique de Paris.

En 2008 et 2009, le nombre de suicides de salariés de France Télécom s'est établi à 35, selon direction et syndicats. Selon un observatoire du stress créé par deux syndicats, 11 salariés se sont suicidés depuis janvier.

Ces morts ont mis sur la sellette les méthodes de management du géant des télécoms pour adapter un ancien monopole public, encore composé de 65% de fonctionnaires, au nouveau monde ultra-concurrentiel de la téléphonie et de l'internet.

Du harcèlement moral

En février, un rapport de l'inspection du travail avait évoqué de possibles infractions pour «mise en danger d'autrui du fait de la mise en oeuvre d'organisations (...) de nature à porter des atteintes graves à la santé des travailleurs», ainsi que des «méthodes de gestion caractérisant le harcèlement moral».

L'inspection du travail pointe notamment «la politique de réorganisation et de management» menée depuis 2006 et souligne que les dirigeants de France Télécom ont été alertés «à maintes reprises (...) des effets produits sur la santé des travailleurs».

Le rapport met en cause les hauts dirigeants, dont l'ancien PDG Didier Lombard.

(ats)

Ton opinion