Hockey - National League: Meunier: «Il n'y a pas de secret dans le hockey»

Actualisé

Hockey - National LeagueMeunier: «Il n'y a pas de secret dans le hockey»

Fribourg Gottéron a bien réagi contre le GSHC (5-2), après un week-end sans point ni but. Grâce notamment à ses «joueurs de complément».

par
Robin Carrel
Fribourg

Presque 140 minutes de jeu sans marquer, deux revers 3-0 à la BCF Arena contre Zoug et à Davos... Les Fribourgeois auraient pu sombrer dans le doute. Mais une entame de match réussie et des buts grattés dans les «endroits où ça fait mal» ont permis aux Dragons de passer une soirée presque tranquille contre des Genevois toujours incapables de s'imposer hors de leurs bases. Parole a été donnée à Laurent Meunier, qui a débloqué le compteur de Gottéron mardi soir.

D'aucuns disaient que Gottéron avant davantage besoin de ses «employés de soutien»... Ça a été bien fait ce soir.

Oui, c'est vrai. Nous, les «joueurs complémentaires», n'avions pas marqué beaucoup de buts depuis le début du championnat... Et c'est vrai qu'on sait que c'est important pour aider nos «top joueurs», si on veut gagner des matches tout au long de la saison. Donc ce soir je crois qu'il y a eu pas mal de soutien de la part de tout le monde. Après, je pense qu'il faut surtout retenir que c'était un bon match d'équipe. On est bien rentré dans le match et on a marqué quand il le fallait. Ensuite, on a tenu les 4 et les 3 contre 5. Je dirais que c'est un beau match d'équipe. Positif.

On a aussi l'impression que les vieilles recettes ont marché Le puck au but et y travailler.

Tout à fait. De toute façon, il n'y a pas de secret dans le hockey... Des fois, quand on est un peu en difficulté en terme d'efficacité, il faut mettre du trafic devant le gardien, il faut aller à la cage et c'est ce qu'on a fait aujourd'hui. On a été plus intense sur ça, on a mis plus de trafic, on a marqué deux ou trois buts sur rebond... Ça montre qu'on était présent devant la cage et ça a porté ses fruits.

Le but que vous marquez, après presque 140 minutes de mutisme, il a fait du bien à la tête ou vous saviez que ça allait venir?

Non, ça a fait du bien, mais je savais que ça allait venir. Personnellement, je me suis créé des occasions, donc je savais que ça allait tomber. Mais après, surtout quand l'équipe perd – moins quand l'équipe elle gagne -, mais c'était un peu frustrant. Quand on perd deux matches et qu'on met zéro but, on s'en veut encore un peu plus. C'était sympa de marquer maintenant et, comme ça, d'enchaîner sur une victoire, surtout.

Et à Davos, il n'y a pas eu de but, mais l'équipe était bien là.

Mais je pense que les deux matches, y compris contre Zoug, on n'était pas mauvais. On se créait des chances... C'étaient deux belles équipes, on a fait des matches corrects, mais on a manqué d'efficacité des deux côtés de la glace, on va dire. Devant la cage adverse comme devant la nôtre. C'est comme ça qu'on perd la rencontre à Davos et même contre Zoug. Là, aujourd'hui, on a été bon dans ces domaines-là.

Adam Hasani

Attaquant du GSHC

«Ce soir, on a pris trop de pénalités. Ca s'est payé cash et on sait que Fribourg a un bon power-play. On leur a laissé la chance de rentrer dans le match. Après, je pense qu'il nous a manqué aussi un peu de force dans les duels, on en a perdus beaucoup. Ce soir, c'est sur des détails comme ça que le match s'est joué. Clair que ce sont des derbies que tu veux gagner et qu'on a montré un mauvais visage. On n'est pas content, il faut vraiment qu'on réagisse. Il faut le faire ce weekend. On a deux matches qui arrivent et qui sont très importants. A nous de nous remettre sur le bon pied et de le faire au plus vite. Gagner des matches à l'extérieur forge le caractère de l'équipe... A nous de réagir. On sait que c'est une ligue très difficile où les matches en déplacement sont compliqué. A nous de batailler, de nous mettre au travail pour nous donner des chances lors de la prochaine rencontre.»

Ton opinion