Actualisé 29.09.2016 à 17:23

Photovoltaïque

Meyer Burger va supprimer 250 emplois

Les postes qui passeront à la trappe d'ici à la fin de l'année représentent 16% des effectifs.

Les spécialiste du photovoltaïque espère économiser 50 millions de francs.

Les spécialiste du photovoltaïque espère économiser 50 millions de francs.

photo: Keystone

Meyer Burger lance un nouveau plan de restructuration. Dans les chiffres rouges depuis 2012, le groupe industriel bernois spécialisé dans le photovoltaïque va biffer 250 emplois, dont un tiers en Suisse, pour économiser 50 millions de francs par an et renouer avec la rentabilité.

Les 250 postes supprimés représentent 16% des effectifs qui se montent actuellement à 1547 équivalents plein temps, a indiqué Meyer Burger jeudi. En Suisse, les suppressions d'emplois s'effectueront principalement au siège de Thoune. Le groupe compte également des sites à Neuchâtel et Hauterive (NE).

Le processus de consultation avec les représentants des salariés est lancé et il est difficile à l'heure actuelle de donner des précisions sur les licenciements, a précisé à l'ats un porte-parole. Le groupe espère dans la mesure du possible compenser les suppressions d'emplois par des départs naturels et des retraites anticipées, mais des licenciements seront inévitables.

De son côté le syndicat Unia demande à l'entreprise de trouver une alternative à ces licenciements. L'organisation propose de procéder à des mutations à l'interne et à des mises en retraite anticipées. Le syndicat exige également un délai de consultation raisonnable afin de pouvoir trouver d'autres solutions.

Meilleure rentabilité

Cette restructuration devrait permettre à Meyer Burger d'améliorer durablement sa rentabilité, selon le communiqué. Le groupe va se concentrer sur ses technologies de base afin de les renforcer et répondre plus rapidement aux exigences du marché.

Pour ce faire, il entend rationaliser les départements de recherche et développement, des ventes et des services au niveau mondial, ainsi qu'une grande partie de son portefeuille de produits.

Les coûts de la restructuration sont évalués entre 3 et 4 millions de francs. L'industrie photovoltaïque devrait se ressaisir cette année et une amélioration se dessine sur les marchés du secteur.

Grâce au bon niveau de son carnet et de ses entrées de commandes ainsi qu'à l'amélioration de ses résultats, Meyer Burger s'estime en bonne voie d'atteindre ses objectifs pour l'ensemble de l'année.

La direction espère enregistrer une solide croissance du chiffre d'affaires entre 20 et 40% et atteindre le seuil de rentabilité au niveau du résultat EBITDA. Le résultat net devrait également retrouver la zone positive, relève le patron du groupe Peter Pauli cité dans le communiqué.

Perte record

L'an dernier, Meyer Burger a inscrit une perte nette record de 169 millions de francs, due en partie à des effets extraordinaires. Au premier semestre, il a réduit son déficit à 25,6 millions de francs contre -93 millions un an plus tôt. Son chiffre d'affaires a grimpé de 75% à 217,8 millions de francs.

Les mesures annoncées ont été saluées à la Bourse suisse. L'action Meyer Burger a bondi à plus de 4% à l'ouverture. En milieu de matinée, elle gagnait encore 1,8%, mieux que l'indice SPI ( 0,5%).Mais avec un recul de plus de 40% depuis le début de l'année, la performance demeure relative.

Dans le rouge depuis quelques années, le groupe a déjà lancé plusieurs programmes de restructuration. Il a supprimé 107 emplois au premier semestre 2015. Les effectifs se montaient encore à 2800 personnes en 2011. Les charges de personnel ont diminué d'un tiers depuis 2011, passant de 300 millions à 210 millions l'an dernier, rappelle le communiqué. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!