Actualisé 24.02.2009 à 18:28

Argentine

Mgr Richard Williamson a quitté Buenos Aires

L'évêque intégriste britannique Richard Williamson, sommé de quitter l'Argentine en raison de ses thèses négationnistes, a quitté mardi le pays.

Le prélat s'est envolé pour Londres à bord d'un vol de British Airways.

Mgr Williamson, qui avait auparavant accompli les formalités douanières, est monté dans l'appareil de la compagnie britannique, a confirmé à l'AFP une source du bureau des migrations à Buenos Aires.

L'évêque intégriste de la mouvance d'Ecône (VS) était arrivé accompagné de deux hommes à l'aéroport international d'Ezeiza. Il a traversé le hall d'un pas rapide pour éviter la presse, portant lunettes et casquette noires, selon des images de la chaîne d'informations en continu TN.

Retrouver le calme

«Nous voulons qu'avec le départ de Williamson tout cela retrouve un peu son calme», a dit à l'AFP le responsable pour l'Amérique du sud de la Fraternité intégriste Saint Pie X, Christian Bouchacourt. Il a affirmé que le départ de Williamson était déjà prévu lorsque l'Argentine l'a sommé de quitter son territoire.

Le ministre argentin de l'intérieur, Florencio Randazzo, avait annoncé jeudi avoir sommé Richard Williamson de quitter l'Argentine, où il réside depuis 2003, dans un délai de dix jours, «sous peine d'être expulsé», en raison de propos niant l'Holocauste.

Richard Williamson avait déclaré à une télévision suédoise: «Je crois qu'il n'y a pas eu de chambres à gaz (...) Je pense que 200'000 à 300'000 juifs ont péri dans les camps de concentration mais pas un seul dans les chambres à gaz».

Pour Buenos Aires, de telles positions «heurtent profondément la société argentine, le peuple juif et l'humanité entière».

Tollé

Deux jours après ces propos, la levée de l'excommunication par Benoît XVI de Mgr Williamson et de trois autres évêques intégristes le 24 janvier avait suscité un tollé, déclenché une crise compromettant les relations du Vatican avec le judaïsme et brouillé l'image du pape.

L'évêque, âgé de 68 ans, intégré dans un séminaire de la Fraternité intégriste Saint Pie X, à 40 km à l'ouest de Buenos Aires, avait été dénoncé devant la justice argentine pour apologie de crime.

Le Congrès juif mondial (CJM) s'est félicité vendredi de la décision de l'Argentine d'expulser l'évêque. Il a estimé que le gouvernement argentin signifiait ainsi «clairement que ceux qui mettent en doute l'Holocauste ne sont pas les bienvenus dans le pays».

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!