Miami, paradis des veuves joyeuses brûlant leur fortune
Actualisé

Miami, paradis des veuves joyeuses brûlant leur fortune

MIAMI – La ville regorge de veuves de milliardaires. Elles s'y éclatent à coups de liftings, croisières et beaux mâles.

A 73 ans, Naomi Wilzig, veuve, ex-femme au foyer, dirige le plus grand musée d'art érotique de la planète. La collection du World Erotic Art Museum, à Miami Beach, est estimée à 10 millions de dollars (12,1 millions de francs). Pourtant, pendant trente ans, elle a vécu dans l'ombre de son mari banquier. «Aujourd'hui, à mon âge, je suis libre! Je découvre enfin que je suis capable d'orgasmes à répétition, que j'aime la fête, les plaisirs, les hommes», a-t-elle confié au magazine Marie-Claire, à qui elle a présenté son amant, un beau black d'une quarantaine d'années. Miami est le nouvel eldorado des veuves argentées en quête d'émancipation. Avides de moments, d'événements, elles mènent une vie tumultueuse, pour la plupart jusqu'à l'âge de 80 ans. Elles dépensent beaucoup d'argent en liftings et en injections. Leur entourage est persuadé qu'elles ont 65 ans. Leur luxe: les croisières et la chirurgie esthétique. Car Miami mène la vie dure aux coquettes du 3e âge. Chaque villa est équipée d'une salle de sport. Certaines veuves joyeuses se retrouvent tous les trois mois à des «Botox Party», en présence de leur chirurgien. Créatrice de lunettes décorées, dont certaines paires s'arrachent à 4000 dollars (4800 fr.) aux enchères, Iris n'a que 60 ans. Elle s'apprête à organiser une «Post-it Party». Les proches viendront dans sa maison et colleront des Post-it sur les objets qu'ils aimeraient hériter à sa mort.

(gim)

Ton opinion