Actualisé 18.04.2017 à 20:23

CyclismeMichael Albasini connaît le terrain

A 36 ans, le Thurgovien affiche plus de punch que jamais. Peut-il enfin s'offrir la Flèche wallonne, mercredi après-midi?

de
Stéphane Combe
Albasini reste sur une troisième place dimanche dernier à l'Amstel Gold Race.

Albasini reste sur une troisième place dimanche dernier à l'Amstel Gold Race.

DR

C'est une constante depuis 2008: lorsque le coureur de l'équipe Orica arrive au pied du mur de Huy avec les meilleurs, il finit toujours devant. Le juge de paix de l'épreuve belge lui sied à merveille, avec ses pourcentages de folie. Moitié sprinter et moitié grimpeur, Michael Albasini s'amuse alors comme un fou. Sur les neuf dernières éditions, il reste sur un bilan hallucinant de sept top 10, dont deux podiums (2e en 2012, 3e en 2015).

Toutefois, le vétéran suisse préfère calmer le jeu. «Le profil de cette course ne me convient pourtant pas particulièrement. Mais dès le moment où j'y ai ­obtenu un bon résultat, j'ai su ce qu'il fallait faire pour répéter ça, explique-t-il.

A notre niveau, le cyclisme se joue beaucoup au feeling. C'est donc avec confiance que je reviens chaque année sur la Flèche wallonne car je sais que, sur cette course, je peux rivaliser avec les meilleurs.» Jusque-là, il a toujours buté sur une dernière marche, souvent représentée par Alejandro Valverde.

L'Espagnol, quatre fois couronné au sommet du chemin des Chapelles, sera encore le favori aujourd'hui. Ses qualités de pun­cheur font merveille sur ce mur long de seulement 1300 m, mais dont la pente atteint 26% dans un virage décisif. Ce qui ­résume souvent la Flèche wallonne à une course de côte.

Sur ses terres, Philippe Gilbert sera le grand absent de l'épreuve. Le récent vainqueur du Tour des Flandres et de l'Amstel Gold Race a dû être hospitalisé pour une déchirure au niveau du rein. Il est également forfait pour le Giro.

L'avis de Daniel Atienza, ancien coureur professionnel

«J'étais déçu pour Albasini après l'Amstel Gold Race (ndlr: 3e rang), qu'il aurait d'ailleurs gagnée si ça s'était joué au sprint. Je le vois fêter un nouveau podium sur la Flèche wallonne. Même si je ne sais pas comment on peut battre Valverde. On se demande souvent pourquoi Albasini «performe» autant au printemps. Mais la réponse est simple: durant toute la saison, il se met au service de son équipe. Or son talent est immense et il bénéficie d'un statut protégé durant la semaine des Ardennaises (ndlr: Amstel Gold Race, Flèche wallonne et Liège-Bastogne-Liège). Ensuite, au Tour de ­Romandie, il surfe sur son pic de forme. D'ailleurs, je vous le dis d'ores et déjà, en primeur: cette année, c'est sûr, les étapes de Payerne et Bulle seront pour lui!»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!