Crime: Michael Brea a décapité sa mère avec un sabre

Actualisé

CrimeMichael Brea a décapité sa mère avec un sabre

L'acteur, qui était apparu dans «Ugly Betty», a été arrêté mardi à New York. Il a avoué avoir tué sa maman avec une épée de samouraï, tout en déclamant des passages de la Bible.

par
Emmanuel Coissy

Le comédien, âgé de 31 ans, a été interné à Brooklyn. Son cas est en cours d'évaluation psychiatrique. A leur arrivée sur les lieux du drame, vers 2 heures 20 du matin, les policiers l'ont trouvé tenant le livre saint à la main. Les forces de l'ordre ont dû faire usage d'un Taser pour l'attraper. Un agent précise que la scène du crime était maculée de sang.

Certains voisins affirment que Michael a hurlé à sa mère, Yannick Brea, âgée de 55 ans: «Repens-toi!» ou «Pêcheresse!» à de multiples reprises. Il aurait également hurlé: «Tu n'as jamais accepté Jésus!»

Un autre riverain affirme avoir entendu l'acteur poursuivre sa mère dans la maison en récitant des extraits bibliques. Il affirme avoir entendu un cri sourd et demandé à son père d'appeler la police.

Bavure policière?

Les gens du quartier et des memebres de la famille Brea critiquent la police qui, malgré de multiples appels, a attendu près de 45 minutes avant d'entrer dans l'appartement. Appartement dans lequel ils ont finalement trouvé le corps de Yannick Brea mortellement blessée.

Un témoin décrit: «Ils sont arrivés 15 minutes après avoir été appelés mais n'ont pas voulu défoncer la porte. Ils sont juste restés devant la porte pendant 45 minutes. Je pense qu'elle serait toujours vivante s'ils n'avaient pas attendu si longtemps.»

D'autres voisins disent qu'ils entendaient Yannick agoniser dans l'appartement pendant que les policiers frappaient à la porte. Ils auraient demandé aux policiers de forcer la porte mais ceux-ci auraient rétorquer qu'ils suivaient la procédure.

La hiérarchie policière affirme que ses hommes n'ont fait que suivre le protocole qui veut que de telles situations soient gérées par une unité spécialement formée.

Franc-maçon

Selon le frère de la vitime, cité par le «New York Daily News», le meurtrier aurait retiré l'épée, mesurant un mètre de long, lundi soir dans une loge maçonnique après une réunion à laquelle il a assisté. Michael serait un franc-maçon relativement novice qui n'avait pas le droit d'emporter une telle épée, utilisée lors de cérémonies.

Toujours d'après l'oncle de Michael Brea: «Quelque chose s'est passé qui l'a amené à faire ça. Le diable est entré en lui.»

Michael Brea est né à New York City. Ses parents, Marcel et Yannick Brea qui sont nés et ont grandi en Haïti, ont émigré aux Etats-unis pour élever leurs trois enfants.

Un si gentil garçon

A l'époque où il commençait à percer dans le cinéma, Michael avait déclaré:

«Durant mon enfance, mon père avait l'habitude de me raconter les grandes histoires d'Haïti et comment le pays gagna son indépendance en 1804. Je suis fasciné et fier d'être Haïtien et Américain. C'est la raison qui me pousse à faire des films. Je veux que mes frères et soeurs américains connaissent l'histoire d'Haïti par le cinéma.»

En 2007, Michael a ouvert une succursale des restaurants Subway sur Broadway à Brooklyn. Son objectif était de contribuer au développement de sa communauté. Il a distribué gratuitement trois-cents sandwiches à la dinde à l'occasion de Thanksgiving en 2008. «Je me souviens que quand j'étais petit, ma mère me disait toujours de nourrir les personnes moins fortunées que moi, avait déclaré le comédien. Mes parents me disaient de toujours partager et de faire la charité au nom de Dieu.»

En marge de son affaire, Michael s'est lancé dans le mannequinat (il a posé dans une pub pour Coca Cola, entre autres) et le cinéma, dès l'été 2008. Il a récemment tourné dans des films comme «Step up 3D» (sorti aux USA en été 2010) et la saison 4 de «Ugly Betty», l'ultime volet de la fiction télévisée. Le garçon était en train de se faire un nom à Hollywood. Il a suffit d'un coup de lame pour que sa notoriété soit aujourd'hui mondiale.

Ton opinion