Etats-Unis: Michael Brown comparé à un «chien écrasé»
Actualisé

Etats-UnisMichael Brown comparé à un «chien écrasé»

Une chanson raciste sur le jeune Noir tué par un policier blanc à Ferguson cet été, interprétée par un ex-policier lors d'une soirée caritative, fait scandale aux Etats-Unis.

Le site d'informations sur les célébrités TMZ a révélé l'existence d'une vidéo d'une soirée caritative, organisée par un ex-policier, où l'on entend une chanson aux paroles telles que: «il est mauvais, mauvais Michael Brown», «Michael ressemble à un vieux fromage suisse, sa cervelle est étalée par terre», ou «plus mort qu'un chien écrasé».

D'après TMZ, «l'officier de police à la retraite Joe Myers a organisé un tournoi de golf caritatif il y a une semaine ainsi qu'un dîner juste après» et, devant un public d'une cinquantaine de personnes, «Gary Fishell, un détective privé et ancien officier de la police fédérale, a chanté la parodie».

Enquête ouverte

Un porte-parole de la police de Los Angeles (LAPD) a expliqué à l'AFP qu'il s'agissait d'un «détective du LAPD à la retraite depuis 2007» et que le LAPD avait ouvert «une enquête préliminaire pour savoir s'il y avait des policiers actifs présents à cette soirée caritative» et s'ils s'étaient «mal conduits», ce qui donnerait lieu à l'ouverture d'une enquête officielle.

La mort de Michael Brown, 18 ans, tué en août par un policier blanc à Ferguson, dans le Missouri (centre), puis celle de plusieurs autres hommes noirs sans armes, dont dont un enfant de 12 ans à Cleveland (Ohio, nord) et Eric Garner à New York, a choqué et réveillé les tensions raciales à travers les Etats-Unis.

Une série de manifestations monstres, parfois émaillées de violences, se sont déroulées aux Etats-Unis pour protester contre le racisme et les abus de forces policières contre les minorités.

(20 minutes/afp)

Appel à une manifestation à Times Square

Un collectif contre les violences policières à l'encontre des Noirs a appelé à une manifestation géante à Times Square le 31 décembre au soir. Il brave ainsi le moratoire réclamé par le maire de New York après l'assassinat de deux agents le week-end dernier.

«Ils n'ont pas le droit de nous demander d'arrêter de manifester et de réduire nos voix au silence. Nos voix doivent être entendues», a expliqué Carl Dix, le co-fondateur du mouvement «Stop mass incarceration network».

«Nous devons continuer notre combat tant que la police continue à commettre ces meurtres, tant que le système judiciaire refuse de poursuivre et d'inculper tous les policiers meurtriers», a-t-il poursuivi, posté avec plusieurs autres militants devant la mairie de New York. Les drapeaux y étaient en berne, en hommage à Wenjian Liu et Rafael Ramos, deux policiers tués de sang-froid samedi à Brooklyn.

Ton opinion