Coronavirus - Michel Jordi lance le masque suisse, transparent et écolo
Publié

CoronavirusMichel Jordi lance le masque suisse, transparent et écolo

L’ex-roi de l’horlogerie suisse annonce le lancement de Maskit, le premier masque de protection contre le Covid-19 de fabrication suisse, écologique, muni d’un filtre et utilisable pendant trois mois au moins.

Si dès samedi 26 juin il n’y a plus besoin de porter le masque sur les quais de gare et aux arrêts de bus, il reste encore obligatoire dans tous les véhicules des transports publics (image d’illustration).

Si dès samedi 26 juin il n’y a plus besoin de porter le masque sur les quais de gare et aux arrêts de bus, il reste encore obligatoire dans tous les véhicules des transports publics (image d’illustration).

AFP

Lorsqu’on évoque Michel Jordi, on revoit surtout ses montres à motifs de vaches et d’edelweiss qu’on s’arrachait dans les années 1990. Aujourd’hui, l’ex-roi de l’horlogerie suisse revient sur le devant de la scène dans un tout autre domaine, annonce le «SonntagsBlick» du jour: celui de la protection contre le Covid-19. Dans les jours à venir, il va ainsi lancer Maskit, le premier masque de protection transparent, écologique et de fabrication suisse. «Le masque de protection certifié avec plexiglas transparent et filtre remplaçable assure sécurité, visibilité, bonne respirabilité et acoustique. Vous ne trouverez ça nulle part ailleurs», déclare-t-il.

L’idée de ce masque écologique lui est venue en avril 2020, lorsque les autorités suisses avaient affirmé d’abord que le port du masque ne protégeait pas contre le Covid-19: «Lorsque leur importance a enfin été reconnue, les gens ont couru en Chine pour acheter au hasard des masques jetables.» Il a alors décidé de fabriquer ce masque, rassemblé une équipe et contacté des entreprises suisses. Dont la société Noventa de Diepoldsau (SG), fabricant du plexiglas. Comme l’explique son PDG, Patrick Besserer, la protection est en copolyester de qualité alimentaire et peut être recyclé. «D’une épaisseur de 1,2 millimètre, il est très fin et pourtant extrêmement robuste», ajoute-il.

Près de 50 francs pour trois mois

Si le masque complet, réalisé avec sept entreprises du pays, coûte un peu moins de 50 francs, la protection en plexi ne doit être remplacée que si elle se casse. Et le filtre, qui vaut un peu moins de 30 francs, ne doit être lavé qu'une fois par semaine grâce à un revêtement antiviral. Il peut être lavé jusqu'à dix fois à 60 degrés. «Il a donc une durée de vie d'au moins trois mois. L'essentiel est que le filtre coûte environ 30 centimes par jour», précise Michel Jordi.

Un plus pour la convivialité et l'enseignement

Même Daniel Koch, l’ex-Monsieur Covid qui doutait de l'utilité des masques au début de la pandémie, soutient le projet, écrit le «SonntagsBlick». «Ce masque est plus durable car il comporte moins de composants jetables. Couplé à la désinfection des mains, il est plus hygiénique à utiliser et, en tant que masque transparent, il présente de grands avantages pour la communication - par exemple, avec les enfants ou les personnes souffrant d'un handicap auditif», note-t-il dans le journal dominical. Avis partagé par l'épidémiologiste bâlois Marcel Tanner, pour qui, outre la sécurité, la transparence du masque est cruciale: «Il rend les expressions du visage de nouveau visibles. C’est particulièrement important dans le domaine des soins infirmiers et dans les écoles. Et c'est une aide précieuse pour les personnes sourdes qui dépendent de la lecture labiale.» Et ce masque favorise l'échange et la convivialité dans tous les domaines, selon lui, par exemple dans l’hôtellerie. D’ailleurs, l'hôtel Savoy Baur en Ville de Zurich teste actuellement le Maskit. Pour son directeur, Rolf Brönnimann, «c'est un grand avantage que les visages soient reconnaissables».

Interrogé sur la nécessité de son masque alors que les besoins diminuent progressivement, Michel Jordi déclare: «Nous avons besoin du masque dans les transports publics, dans les avions, dans les magasins et dans de nombreux endroits encore au travail. En outre, la pandémie est imprévisible. Une protection sûre sera nécessaire pendant longtemps encore.»

(ewe)

Ton opinion

18 commentaires