Censure: Michelle Obama rhabillée par l'Iran aux Oscars

Actualisé

CensureMichelle Obama rhabillée par l'Iran aux Oscars

Le prix reçu par le film «Argo» fait polémique en Iran. Et le fait qu'il ait été décerné par l'épouse du président ajoute de l'huile sur le feu. Sans parler de son décolleté...

L'image de Michelle Obama pendant les Oscars (à g.) et la version de l'agence Fars.

L'image de Michelle Obama pendant les Oscars (à g.) et la version de l'agence Fars.

Surprise de taille dimanche soir lors de la cérémonie des Oscars, c'est l'épouse du président américain, Michelle Obama, qui a ouvert l'enveloppe et annoncé, en duplex vidéo depuis la Maison-Blanche, le film vainqueur. Il s'agissait d'«Argo», le long-métrage de Ben Affleck qui porte sur la crise des otages américains de 1979. Pour la télévision iranienne, l'intervention de Mme Obama «renforce les doutes que la récompense du film avait des motifs politiques».

Le présentateur de la chaîne de télévision publique iranienne a accusé Ben Affleck, réalisateur et principal interprète du film, de s'être spécialisé dans «l'exagération», lui reprochant de «gonfler les choses hors de proportion et de créer des scènes fausses».

Pour l'agence Fars, affiliée aux Gardiens de la révolution, corps d'élite iranien, «Argo» est un «film anti-Iran», financé par «une entreprise sioniste», en allusion à la compagnie de production californienne Warner Bros.

Une tenue inadéquate

Fars a également critiqué la première dame américaine et sa robe de lamé argent qui dévoilait ses bras, ses épaules et une partie de son décolleté, ce qui aurait été interdit dans la République islamique, où le code vestimentaire est très strict pour les femmes.

La photo publiée par l'agence semble d'ailleurs avoir été modifiée, puisque sur ce cliché, la robe de Mme Obama lui couvre les épaules.

Mercredi, le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei avait déjà accusé Hollywood d'être une machine «totalement politique» destinée à propager le message de Washington.

L'Iran en guerre contre Hollywood

«Produire des films politiques anti-iraniens et récompenser ces films anti-iraniens est un signe clair que politique et art sont mélangés aux Etats-Unis», a précisé le guide suprême, dans une allusion à «Argo».

En 2007, l'épopée Hollywoodienne «300», qui raconte l'histoire des guerres greco-perses en présentant les Perses comme sanguinaires, avait déclenché la colère des Iraniens.

Les relations entre Hollywood et l'Iran semblaient pourtant s'être réchauffées l'année dernière lorsque le film iranien «Une séparation» avait remporté l'Oscar du meilleur film étranger.

Sur le plan politique en revanche, l'Iran et les Etats-Unis n'ont plus de relations diplomatiques depuis la crise des otages et les tensions restent vives autour du programme nucléaire iranien, dans lequel les pays occidentaux soupçonnent un volet militaire malgré les démentis de Téhéran. (afp)

Ton opinion