Actualisé 05.12.2013 à 16:18

Espionnage américainMicrosoft va crypter son réseau, par peur de la NSA

Le géant informatique américain a décidé de crypter les données échangées sur son réseau informatique en raison «d'inquiétudes sérieuses» sur la surveillance du gouvernement américain.

Microsoft emboîte ainsi le pas à Google et Yahoo! dans la foulée de révélations sur le vaste programme de surveillance de l'agence américaine de sécurité nationale (NSA). «Comme beaucoup d'autres, nous sommes particulièrement alarmés par les récentes accusations publiées dans la presse sur un effort large et concerté de certains gouvernements de circonvenir aux mesures de sécurités sur internet - et selon nous, aux processus et protections légales des contenus internet - pour collecter subrepticement les données privées des clients», a commenté le directeur juridique Brad Smith dans un message de blog tard mercredi.

«S'ils sont avérés, ces efforts menacent de miner sérieusement la confiance dans la sécurité et la confidentialité des communications par internet», a-t-il ajouté.

«Menace grave»

Il a qualifié l'«espionnage du gouvernement de menace persistante et grave tout comme le piratage et les attaques informatiques malveillantes». M. Smith a ajouté que Microsoft avait décidé de prendre «des mesures immédiates et de coordonner son action» pour étendre le cryptage des données à l'ensemble de ses services.

Microsoft veut aussi renforcer ses dispositifs de protection légale des données de ses clients et «accroître la transparence sur le code de ses logiciels pour rassurer les clients sur le fait que nos produits ne comportent pas de failles».

«Depuis des années, nous avons utilisé le cryptage des données dans nos produits pour protéger nos clients de pirates informatiques», a souligné M. Smith.

«Même si nous n'avons aucune indication que des données de nos clients ont été obtenues lors d'infiltrations non autorisées de gouvernements, nous ne voulons pas prendre de risques», a-t-il ajouté. «Nous allons donc mener un gros effort d'ingénierie pour renforcer le cryptage à travers nos réseaux et services», a-t-il conclu.

Accusés d'avoir fourni des milliers de données numériques sur des internautes, Google, Yahoo! et Facebook se sont même pourvus en justice pour pouvoir en dire davantage sur les demandes de renseignements qu'ils reçoivent des autorités américaines. (ats)

Le père d'Internet loue les lanceurs d'alerte

Tim Berners-Lee, principal inventeur d'Internet. «Quand les contrôles et les équilibres ne fonctionnent plus, les lanceurs d'alerte sont ceux sur lesquels la société peut compter», a dit le Britannique jeudi à Genève.

«Parce qu'ils accomplissent la fonction importante de sauver la société quand elle est dans un état désespéré, par conséquent nous devons, je pense, trouver une forme de reconnaissance internationale pour les lanceurs d'alerte», a encore déclaré M. Berners-Lee. Il s'est exprimé à des journalistes dans les locaux de l'ONU.

Il a évoqué le cas Edward Snowden, l'ex-employé de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA). «D'une certaine façon, il y avait des contrôles et des équilibres installés dans le système, surtout dans le système américain. Ils ont été défaillants».

Face aux appels à une réflexion sur les moyens de protéger la vie privée, il a jugé «naïf» de croire qu'il existerait des mesures infaillibles.

«Nous devons supposer que ces systèmes deviendront eux aussi défaillants dans le futur», a averti ce physicien britannique qui a imaginé le réseau Internet il y a plus de 25 ans alors qu'il travaillait au CERN à Genève, le

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!