Actualisé 20.05.2016 à 17:15

Procès d'un chauffard

«Mieux en live que sur dossier»: peine allégée

La justice a été sensible aux arguments d'un conducteur récidiviste, tombant sous le coup de Via Sicura.

(Photo d'illustration).

(Photo d'illustration).

photo: Keystone

La Cour d'appel pénale du Canton de Vaud a sensiblement allégé, vendredi, la sanction d'un chauffard condamné à la prison ferme en février dernier. Le quinquagénaire avait récidivé alors qu'il était au bénéfice d'un sursis pour un délit sanctionné par Via sicura.

A Lausanne, la Cour a partiellement admis l'appel du prévenu. Elle a décidé de «couper la poire en deux» en faisant passer sa peine privative de liberté ferme de 22 à 11 mois. Lorsqu'il aura purgé 11 mois, il sera au bénéfice d'un sursis pour les 11 mois restants avec un délai d'épreuve de cinq ans.

Les propos du prévenu, âgé de 57 ans, ont visiblement touché juste. Debout, l'homme a ainsi expliqué, avec difficulté, que ce n'est qu'une fois en prison qu'il a trouvé le recul nécessaire lui permettant de comprendre les conséquences pour lui, mais aussi pour sa famille, de ses actes.

«Avec vos mots, vous avez su dire des choses, dire que ce que vous avez fait est grave», a souligné le président. «Vous êtes mieux en live que sur dossier».

Récidiviste

L'automobiliste a en effet cumulé les infractions ces dernières années. Flashé sur la route de Berne à plus de 150 km/h alors que la vitesse autorisée est de 80 km/h, son permis lui est retiré. Cet excès lui vaut un délit de chauffard, au sens du programme de sécurité routière Via sicura. Il est condamné en avril 2014 à 16 mois de prison avec sursis.

A peine son permis récupéré en 2015, l'homme remet ça. En juillet, il heurte, sans gravité, un véhicule. Son alcoolémie est contrôlée. Elle est de 2,2 pour mille. Rebelote: son permis lui est retiré. Et le procureur le prévient: il risque de voir son sursis révoqué.

Mais le message ne passe visiblement pas. Neuf jours plus tard, l'homme conduit sans permis et se fait pincer lors d'un contrôle. Il finit en détention provisoire.

Une première

Lors de son audience en février dernier à Yverdon-les-Bains (VD), le chauffard a finalement vu son sursis Via sicura révoqué. «Ce qui est peut-être bien une première dans le canton de Vaud» depuis l'entrée en vigueur du programme en 2013, relève le procureur Gabriel Moret. L'homme avait en outre écopé de six mois de peine privative de liberté portant la peine à 22 mois. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!