Publié

VoyageMieux que le tourisme durable, le tourisme régénérateur

Il ne s’agit plus seulement de respecter le lieu, mais d’apporter une plus-value.

par
Marie-Adèle Copin
3.9.2020

La pandémie a un effet dévastateur sur le tourisme. Alors quil représentait autrefois 10% des emplois dans le monde, le secteur est sur le point de perdre 121 millions demplois, avec des pertes prévues dau moins 3 400 milliards de dollars, selon le World Travel & Tourism Council.

À quoi ressemblera le tourisme post-coronavirus?

Certains acteurs du secteur prévoient un retour au voyage plus vert et plus intelligent. Avant la pandémie, on parlait de tourisme durable. Pour rappel, il vise à respecter l’environnement en limitant l’empreinte carbone et en respectant le bien-être de la population locale. Désormais, on parle de tourisme régénérateur. Terme qui désigne le fait de laisser un endroit dans un meilleur état qu’on la trouvé.

«Le tourisme durable met la barre assez basse», a déclaré au «New York Times» Jonathon Day, professeur spécialisé dans le tourisme durable à l’Université de Purdue. «Le tourisme régénérateur dit: rendons les choses meilleures pour les générations futures.»Ce type de tourisme est étroitement lié au secteur de la construction. «En général, la durabilité telle quelle est pratiquée aujourdhui, consiste à ralentir la dégradation», a déclaré au journal Bill Reed, architecte et directeur de Regenesis Group, un cabinet de design américain impliqué dans la conception régénératrice, y compris dans des projets touristiques. Ce nouveau tourisme vise à apporter une véritable plus-value au lieu.

Un modèle à suivre

Ce cabinet a notamment travaillé en 2009 sur le développement de l’hôtel Playa Viva à Juluchuca, une station balnéaire au sud du Mexique. La construction de la propriété de plus de 80 hectares a pris en compte les plages, lestuaire rempli doiseaux et les anciennes ruines ainsi que les problèmes de braconnage des tortues et les écoles du village. Finalement, la petite ville a développé un système dagriculture biologique profitant à la fois aux clients et aux résidents locaux. Une taxe de séjour de 2% est ajoutée à un trust qui investit dans le développement communautaire.

L’hôtel Playa Viva au Mexique.

L’hôtel Playa Viva au Mexique.

Playa Viva

Playa Viva est lun des 45 complexes hôteliers appartenant à Regenerative Travel, une agence de réservation qui contrôle ses membres sur la base dindicateurs tels que la consommation de carbone, le bien-être des employés, les activités immersives des clients et lapprovisionnement en nourriture locale.

Qui définit un «meilleur» tourisme?

Selon les partisans du tourisme régénérateur, la prise de décision locale est essentielle. La Nouvelle-Zélande fait partie des pays pionniers dans le tourisme régénérateur. Elle tente d’équilibrer le tourisme avec ses ressources naturelles et le bien-être de ses communautés et prend en considération toutes les parties prenantes, en particulier les Maoris.

Tourism New Zealand, lorganisation touristique du pays, mesure son succès non seulement en termes économiques, mais aussi par rapport au bien-être du pays, en tenant compte de la nature, de la santé de ses habitants et des identités communautaires.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!