Actualisé 20.06.2017 à 17:37

Moral

Mieux vaut ne pas penser au retour de vacances

Si nos lecteurs se mettent très rapidement en mode «off» une fois les pieds dans l'eau, le retour à la «vraie vie» en rend grincheux plus d'un et pour plusieurs jours.

de
cam
Le retour de vacances? De quoi rendre grinche plus d'un de nos internautes... (photo: dr)

Le retour de vacances? De quoi rendre grinche plus d'un de nos internautes... (photo: dr)

Les vacances d'été n'apportent-elles que du positif? Pour la plupart, c'est le cas. Mais vu sous certains angles, le break estival apporte également son lot de désagréments plus ou moins conséquents. C'est ce qui ressort de notre enquête en ligne (portant sur cette thématique et à laquelle 1569 personnes ont participé). L'exemple le plus frappant? Le retour! Pour près du tiers de nos lecteurs (32,5%), leur état d'esprit n'est pas au beau fixe une fois les vacances finies. Pire, le sentiment de déprime dure plusieurs jours, avant de finalement reprendre du poil de la bête. On est tout de même rassuré en constatant qu'une majorité (40%) se dit «contente d'avoir pu se ressourcer», alors que 17,6% sont, eux «contents de retrouver leur quotidien et leurs habitudes».

Avant de s'envoler pour une destination balnéaire, la tension est généralement présente au bureau. Ainsi, plus de 4 sondés sur 10 «stressent pour mettre à jour leurs dossiers», tandis que 31% «ne changent rien à leurs habitudes» et seuls 22,9% sont déjà «en mode farniente» la semaine précédant leurs congés. En revanche, un fois parti, le travail ne pèse plus bien lourd: deux tiers des sondés (66,1%) affirment arriver à déconnecter leur cerveau du boulot. Moins d'un sur dix n'y arrive pas vraiment, craignant notamment que les collègues arrivent mieux à gérer les choses sans eux.

Etape obligatoire avant de s'envoler pour le paradis: faire sa valise. Et là, sans réelle surprise, les femmes se disent plus stressées (34,3% contre 19,2%). Sans doute en partie parce qu'elles sont aussi majoritaires à devoir s'occuper des affaires des enfants... Pour certains, vacances riment avec farniente total, du moins ne rien avoir de planifié. Une situation qui réjouit la majorité de nos internautes, qui seraient même ravis que cela puisse perdurer au quotidien (54,8%)! Seuls 7% des sondés sont stressés par un manque de planning. Enfin, on notera, et c'est réjouissant, que nos lecteurs ne sont pas complètement accros à leur smartphone. Moins l'utiliser en vacances est «une évidence »pour 41,6% et carrément «salutaire» pour 42,8%. Pour 1 lecteur sur dix en revanche, l'avoir en permanence avec eux (et allumé) est vital.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!