Lausanne: Migrants du Sleep-in dans une école désaffectée
Actualisé

LausanneMigrants du Sleep-in dans une école désaffectée

Alors que les occupants du jardin du lieu d'hébergement d'urgence devaient l'évacuer dimanche, ils squattent désormais un autre bâtiment de la capitale vaudoise.

par
Mirko Martino
La bâtisse occupée par les migrants.

La bâtisse occupée par les migrants.

Depuis ce printemps, le jardin du Sleep-in de Renens (VD) s'était transformé en campement de fortune, comme le révélait «20 minutes» le 3 juillet dernier. A l'extérieur de la structure d'hébergement d'urgence équipée de 24 lits, plus d'une cinquantaine de migrants – pour la plupart des hommes d'origine subsaharienne – y passaient la nuit, parfois à même le sol, dans de piètres conditions sanitaires.

Face à cette situation sortant du mandat confié à l'association du Sleep-in, les autorités – vaudoises, lausannoises et renanaises – avaient rencontrés les représentants du lieu d'hébergement ainsi que des collectifs de soutien aux migrants le 3 août. Une date butoir avait été fixée: le jardin devait être évacué au plus tard le dimanche 30 août.

Dimanche, à l'échéance de l'ultimatum, les migrants auraient quitté leur campement de Renens. Selon une information de la RTS, ils occuperaient désormais une école désaffectée dans les hauts de Lausanne. Malgré les demandes de la police, ils auraient refusé de s'en aller. Lundi après-midi, Oscar Tosato, municipal lausannois en charge des affaires sociales, devrait rencontrer des membres du «collectif 50 route de Berne», adresse de ce nouvel emplacement. Ils revendiquent «l'ouverture d'une structure digne pour accueillir la cinquantaine de migrants à la rue», mais ils pourraient bien être frappés par un ordre d'évacuation.

Pour sa part, Christophe Cloarec, responsable de l'équipe mobile d'urgences sociales (EMUS) à Lausanne, rappelait samedi dans une interview accordée au quotidien «Le Temps», que 30 à 80 personnes sont à la rue chaque nuit dans la capitale vaudoise. Il espère créer avant l'hiver, avec la Fondation Mère Sofia, une structure d'accueil pour offrir un lieu chauffé et abrité aux sans-abri.

Ton opinion