Publié

Intrusion au Capitole«Mike Pence a fait preuve de courage comme il l’a fait le 11-Septembre»

Robert O’Brien, conseiller à la sécurité nationale, a rendu hommage au vice-président pour avoir tenu tête à Donald Trump, qui faisait pression sur lui pour inverser le résultat de l’élection.

Discret et peu charismatique, Mike Pence et resté dans l’ombre de Donald Trump durant ses quatre années de vice-présidence. Il aura fallu attendre les tout derniers jours du mandat chaotique du républicain pour que les projecteurs se braquent sur l’ex-gouverneur de l’Indiana. Mis sous pression par le président – qui l’exhortait à «faire ce qu’il faut» pour renverser l’élection lors de la session conjointe de la Chambre des représentants et du Sénat –, Mike Pence a certifié le vote de 306 grands électeurs en faveur de Joe Biden contre 232 à Donald Trump.

Dans une déclaration publiée mercredi, le vice-président a expliqué qu’il n’avait simplement pas le pouvoir de faire ce qu’exigeait Donald Trump. En guise de réponse, celui-ci a tweeté que Mike Pence n’avait «pas eu le courage de faire ce qui aurait dû être fait pour protéger notre pays et notre Constitution».

Mercredi, le conseiller à la sécurité nationale a volé au secours du vice-président, écrit The Hill. Dans un communiqué, Robert O’Brien a salué un homme «réellement bon et décent». «Il a fait preuve de courage aujourd’hui comme il l’a fait au Capitole le 11 septembre en tant que membre du Congrès. Je suis fier de servir à ses côtés», a fait savoir O’Brien. Sa référence aux attentats du 11-Septembre rappelle une autre attaque contre des symboles de la puissance américaine.

Il semble par ailleurs que ce soit Mike Pence qui ait fait appel à la Garde nationale et non Donald Trump lors des incidents historiques de mercredi. Dans un communiqué, le chef par intérim du Pentagone a en effet indiqué avoir évoqué la question avec le vice-président, et non le commandant en chef. «Le chef d’état-major Milley et moi-même venons de nous entretenir séparément avec le vice-président et avec la présidente du Parlement Pelosi, le leader McConnell, le sénateur Schumer et le représentant Hoyer au sujet de la situation au Capitole américain», pouvait-on lire dans un communiqué.

Le pouvoir du 25e amendement

Le 25e amendement de la Constitution américaine autorise le vice-président et une majorité du cabinet à déclarer le président «inapte» à exercer ses fonctions. Mais aucune proposition formelle n’a encore été présentée à Mike Pence. Plusieurs élus et éditorialistes de grands quotidiens ont plaidé ouvertement pour cette option, même s’il ne reste que deux semaines avant la fin du mandat de Donald Trump.

Tous les démocrates de la commission judiciaire de la Chambre des représentants ont ainsi adressé un courrier à Pence pour lui demander d’invoquer le 25e amendement «dans l’intérêt de la démocratie». Pour eux, le président sortant «est malade mentalement et incapable de gérer et d’accepter les résultats de l’élection de 2020».

(joc/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!