Actualisé

Ligue des ChampionsMilan s'impose à Madrid

L'AC Milan a su se relever de sa déconvenue à domicile face à Zurich en Ligue des Champions.

Au terme d'un match très plaisant et rythmé, les Italiens se sont imposés 3-2 à Santiago Bernabeu face au Real de Madrid et se sont du même coup rachetés de la défaite concédée deux semaines plus tôt.

Les retrouvailles entre Kaka et le club milanais ont souri aux Transalpins. Transféré au Real pour 100 millions de francs durant l'été, le meneur de jeu brésilien a été contraint de voir son ancien club repartir avec les trois points de Santiago Bernabeu malgré une large domination de sa formation locale.

Raul égale Gerd Müller

Pourtant, les Madrilènes avaient ouvert la marque par Raul. A la 19e minute de jeu le chasseur de buts espagnol a profité d'une bourde monumentale de Dida pour égaler Gerd Müller avec 66 réalisations en Coupe d'Europe. Il a d'ailleurs rendu hommage à l'Allemand avec cette réussite pleine d'opportunisme que «der Bomber» n'aurait pas reniée.

Cet avantage n'était pas illogique tant les «Galactiques» avaient l'emprise sur la rencontre. Cinq minutes plus tôt, Karim Benzema s'était d'ailleurs fait «sécher» dans la surface de réparation par Gianluca Zambrotta sans pour autant provoquer la moindre réaction de l'arbitre.

Froid réalisme

Si Dida n'a pas été à son avantage, Iker Casillas n'est pas demeuré en reste. En trois minutes de jeu, le gardien international espagnol a capitulé à deux reprises sur les deux seules tentatives milanaises. Dans un premier temps, il n'a pas été exempt de tout reproche sur une frappe lointaine de Pirlo. Quelques instants plus tard, il est sorti «aux fraises», laissant Alexandre Pato marquer dans la cage vide pour donner l'avantage à l'AC Milan. A cet instant, Madrid avait tiré sept fois aux buts, les Italiens deux.

Moins de dix minutes plus tard, Drenthe a égalisé d'un tir de 20 mètres consécutif à un corner astucieusement tiré par Raul. Rentré en jeu neuf minutes plus tôt, le Batave a prouvé son utilité à Manuel Pellegrini alors que celui-ci a tout fait pour le vendre durant l'été. Toujours privé de Cristiano Ronaldo, le Real a eu le mérite de parvenir à exploiter une balle arrêtée pour revenir au score. L'impact offensif du Portugais n'a semble-t-il pas été remplacé.

Alors qu'un match nul aurait été un salaire minimal pour un Real Madrid plus souvent porté sur l'offensive, l'AC Milan a porté le coup de grâce par Pato à la 88e minute de jeu. Le prodige brésilien s'est retrouvé totalement esseulé au deuxième poteau et n'a pas tremblé au moment d'offrir trois points synonymes de première place du groupe à sa formation.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!