Fribourg: «Militaires, cédez la place aux autres voyageurs»
Publié

Fribourg«Militaires, cédez la place aux autres voyageurs»

L'annonce d'un contrôleur a choqué un Vaudois dans un train Genève-Berne, lundi matin. Il a trouvé la pratique honteuse et discriminatoire.

par
apn
Les militaires doivent-ils céder leur place dans le train en cas de forte affluence? Les internautes sont divisés.

Les militaires doivent-ils céder leur place dans le train en cas de forte affluence? Les internautes sont divisés.

Un afflux de voyageurs à la gare de Fribourg et le train qui relie Genève à Berne est bondé, lundi matin. Un contrôleur des CFF demande alors aux voyageurs employés de la compagnie ferroviaire et aux militaires de céder leur place aux personnes debout. Joignant le geste à la parole, il a demandé à un officier de libérer le siège qu'il occupait en première classe. Si le militaire s'est exécuté sans broncher, Simon, un informaticien vaudois âgé de 35 ans, a été choqué par la scène. «C'est inacceptable et indigne de traiter des militaires comme des resquilleurs.» Le jeune Vaudois a exprimé son mécontentement sur la page Facebook des CFF ainsi que sur la sienne. «En quoi une personne qui donne de son temps au service de la population doit en plus de cela donner sa place dans le train», s'est-il interrogé sur les réseaux sociaux.

Ok si c'est pour une femme enceinte ou un senior

Le trentenaire signale qu'il ne trouverait «rien à redire si c'était pour laisser la place à une personne âgée, une femme enceinte, ou une personne souffrant d'un handicap». Mais, tel n'était pas le cas lundi.

Sur la page Facebook de Simon, les réactions n'ont pas tardé. «Je les attends de pied ferme. Il n'y a pas assez de places de parc à la base aérienne de Payerne. Faudra pas me faire bouger de mon siège», a déclaré un gradé, qui a l'habitude de voyager avec un ordre de marche. Un autre déplore que certains wagons sont remplis de militaires qui occupent des places supplémentaires avec leur bardas.

Pas de dispositif spécial prévu

«Il n'y a pas de règlement spécifique prévu pour ce genre de cas, à part pour les employés CFF. Mais je pense que le contrôleur a voulu bien faire en partant de l'idée que les militaires étaient a priori des gens jeunes et en bonne santé qui peuvent voyager debout pour un trajet de vingt minutes», a argumenté Jean-Philippe Schmidt, porte-parole des CFF.

Des ordres de marche qui coûtent des millions

Si les militaires munis d'un ordre de marche ne déboursent pas un centime pour voyager en train en Suisse, ce service est toutefois facturé à l'armée. Chaque année, les CFF encaissent des dizaines de millions pour cette prestation. En 2013, par exemple, ce montant s'élevait à 40 millions de francs.

Faux militaire astucieux pincé

L'art de resquiller malin. Un Suisse résidant partiellement en Californie avait trouvé la bonne combine pour voyager en train sans payer son ticket de transport: il portait un uniforme de l'armée suisse. Avec son habit gris-vert, il faisait le trajet Bière (VD) - Berne et retour à Fribourg. Il a été épinglé par la police ferroviaire. L'homme, qui voyageait sans ordre de marche, a été condamné à 300 fr. d'amende et 415 fr. de frais, en janvier 2015.

Le déplacement gratuit de soldats en uniforme suit un protocole strict: il faut être muni d'un ordre de marche valable et porter un uniforme pour bénéficier des transports publics gratuits du domicile au lieu de service ou vice versa. La première classe est réservée aux officiers. Le voyage se fait en habits civils lors de la journée d'information, du recrutement et de la libération ou quand le militaire en congé a une permission écrite de son commandant.

Ton opinion