Actualisé 21.07.2019 à 22:35

Bâle/ZurichMilitants écolos contraints d'effectuer un frottis ADN

Plusieurs échantillons ont été prélevés sur les personnes arrêtées pour avoir bloqué deux grandes banques.

von
Sophie Pieren
Les manifestants avaient protesté de manière pacifique.

Les manifestants avaient protesté de manière pacifique.

Keystone/Georgios Kefalas

Jusqu'ici, cela a été l'action la plus radicale du mouvement pour le climat en Suisse: le 8 juillet, des activistes avaient bloqué les entrées des grandes banques UBS et Credit Suisse, à Bâle et à Zurich. La police était intervenue plus durement que d'habitude, 83 personnes ayant été arrêtées et détenues jusqu'à 48 heures. Et l'affaire n'en est pas restée là. Selon le «SonntagsBlick», des échantillons ADN ont été prélevés sur presque toutes les personnes arrêtées, y compris les mineurs. La majorité des frottis auraient été effectués contre la volonté des personnes concernées. Pire: les Parquets de Zurich et de Bâle ont ordonné l'analyse de ces échantillons en laboratoire. Ce qui permet, ensuite, de créer des empreintes génétiques.

C'est là que le bât blesse. La loi suisse autorise en effet la création de profils ADN et leur détention dans un système d'information dans le cadre de crimes ou de délits. Mais pour Reto Müller, chargé de cours en droit de la sécurité et de la police à l'Université de Bâle, de telles mesures ne se justifient pas pour des personnes ayant manifesté pacifiquement. Il en irait autrement si elles avaient commis des violences ou si des émeutes avaient éclaté. Plusieurs des manifestants impliqués comptent déposer plainte.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!