Langenthal (BE): Minaret de saule sur le toit de la mosquée
Actualisé

Langenthal (BE)Minaret de saule sur le toit de la mosquée

Pour contourner l'interdiction des minarets, un citoyen propose de planter un saule sur la mosquée locale. La communauté musulmane n'est guère enchantée.

Le minaret en bois de saule que propose Eugen Lüdi (52 ans), un entrepreneur de Langenthal (BE), pousserait d'un mètre par an. Il faudrait pas mal de soleil pour qu'il croisse et il faudrait l'arroser régulièrement et le tailler.

Lüdi n'a toujours pas digéré l'interdiction, voulue par le peuple en 2009, de construire des minarets en Suisse. Son idée est simple et fonctionnelle: planter un saule sur le toit de la mosquée, le tailler en forme de minaret et le laisser pousser.

Eugen Lüdi est directeur de l'entreprise BBZ AG, qui est spécialisée dans l'agrandissement et la rénovation de bâtiments. L'architecture, il connaît. Son épouse Bernadette Mercx-Lüdi travaille chez Marcel Kalberer, un autre architecte de la région, grand spécialiste du bois de saule. Parfait trio, donc, pour se lancer dans la réalisation de cet audacieux projet.

Des projets farfelus

Un modèle existe déjà, un montage photo également. Le minaret en miniature est «construit» en branches de saule, attachées à l'extrémité pour former une pointe. Un croissant de lune en carton vient couronner le tout.

Mutalip Karaademi, le président de la communauté musulmane de Langenthal, n'est guère emballé par ce projet. Il ne cesse d'être confronté à de nouvelles idées plus ou moins loufoques. Un ballon à air chaud en forme de minaret, par exemple, ou une projection au laser. Il en a vu des projets. «Tout cela nous pèse. Nous ne sommes pas un parc d'attraction», raconte-t-il à la «Berner Zeitung». Mais Karaademi veut donner une chance au projet d'Eugen Lüdi: «Monsieur Lüdi est un artiste et il a un grand cœur». Les notables de son organisation examineront cet énième projet de minaret pour la mosquée de Langenthal.

Ton opinion