04.04.2020 à 07:20

Vaud

Mineur, il multipliait les délits: il croupit en prison

Un jeune homme au casier déjà bien chargé est en prison depuis le mois de juin dernier: le risque de récidive est trop important, souligne la justice.

de
Christian Humbert
Le jeune homme a été incarcéré en juin dernier. Il a fêté ses 18 ans derrière les barreaux et les juges viennent de décider de prolonger sa détention.

Le jeune homme a été incarcéré en juin dernier. Il a fêté ses 18 ans derrière les barreaux et les juges viennent de décider de prolonger sa détention.

Keystone/Image prétexte

Le pedigree de ce jeune étranger, qui a fêté ses 18 ans en prison, n'augure rien de bon. Les psy qui se sont penchés sur son cas craignent en effet un fort risque de récidive. Né en 2001, il a très vite démarré une longue carrière de délinquant. Elle a commencé par la conduite d'un vélomoteur sans permis, en 2015. Puis, à l'âge de 15 ans, il a visé plus haut: il s'est retrouvé au volant d'une voiture. Il a aussi consommé des stupéfiants, s'est adonné à la pornographie et a participé à un viol en réunion. Il a aussi commis des vols et des dommages à la propriété, a proféré des menaces, a usé de contrainte et s'est fait l'auteur d'émeute et d'un incendie intentionnel...

Trois violentes agressions

Tous les articles du code pénal ou presque y sont passés. Et les sanctions réservées aux mineurs, donc légères, se sont multipliées. Une condamnation, en février 2019, n'y a rien changé: un mois plus tard, il a asséné un coup de poing à un autre jeune, qui pourrait avoir définitivement perdu l'usage d'un oeil. Puis, en mai, il aurait passé à tabac un chauffeur des Transports publics lausannois, soigné au CHUV pour des blessures au visage et des dommages à la dentition. Rebelote en juin, au Luna Park de Lausanne: il aurait balancé des coups de pieds et de poings à un quidam, le menaçant aussi de l'égorger.

D'autres délits pourraient encore lui être imputés durant cette même période et une enquête parallèle a été ouverte.

Le mineur a donc été placé en détention en juin. Loin de se calmer, il a fait l'objet de nombreuses sanctions disciplinaires et est allé jusqu'à s'adonner à du trafic en prison. Souffrant de troubles, d'un retard mental léger et de consommation abusive de drogue et d'alcool, il est resté détenu depuis.

Il dit vouloir se racheter

S'il ne conteste pas les délits qui lui sont reprochés, il nie tout risque de récidive malgré son «palmarès»: il a affirmé aux juges qu'il voulait se racheter et entreprendre un apprentissage.

Mais ceux-ci ne l'ont pas cru et ils ont prolongé sa détention. «La progression des actes de violence, trois agressions en trois mois, a augmenté de façon très inquiétante», ont-ils relevé, mettant fortement en doute la remise en question du jeune homme. « Il est conscient que des délits futurs, en tant que majeur, pourraient entraîner une lourde peine. Il veut s'en sortir», a assuré en vain son avocat, Me Georges Reymond.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!