Le scanner de veines de Global ID fonctionnera sans contact
Actualisé

BiométrieMiniaturisé, le scanner de veines fonctionnera sans contact

La start-up romande Global ID, qui s’apprête à mettre sur le marché une version compacte de son système VenoScanner, annonce aussi un nouveau dispositif sans contact pour 2022.

par
Michel Annese
L’appareil biométrique de Global ID se targue d’être conçu et produit en Suisse.

L’appareil biométrique de Global ID se targue d’être conçu et produit en Suisse.

Global ID

Fondée en 2015, la start-up de l’EPFL Global ID a annoncé que son système VenoScanner, en cours de production en Suisse, était prêt à entrer sur le marché. Ce nouveau scanner de reconnaissance veineuse, authentification biométrique qui se veut plus sûre que la reconnaissance faciale, ou d’empreintes digitales a été rendu plus compact grâce à la collaboration avec les ingénieurs du CSEM (Centre suisse d’électronique et de microtechnique), un centre de recherche et développement basé à Neuchâtel.

En pratique, l’appareil, dont des prototypes ont été testés et validés notamment auprès de l’Hôpital du Jura, produit une cartographie 3D du réseau veineux du doigt propre à chaque individu. «En plus de la partie hardware, notre dispositif est doté d’un système de sécurité fort, codéveloppé avec l’EPFL, l’Idiap et la HES-SO Valais», précise dans un communiqué Yasmina Sandoz, responsable marketing et communication chez Global ID. Elle met notamment en avant le chiffrement de bout en bout des données biométriques et la sécurisation des informations personnelles.

Authentification sans contact

En parallèle de ce nouvel appareil pouvant fonctionner sur batterie en mode nomade, les chercheurs de Global ID annoncent travailler en collaboration avec l’institut de recherche Idiap, à Martigny (VS), sur un nouveau dispositif qui devrait être présenté au public d’ici à 2022. Baptisé Candy, il vise à proposer dans le domaine médical une authentification biométrique par reconnaissance sécurisée des veines de la main sans contact afin d’éviter les problèmes d’hygiène et la transmission de germes.

Pour rappel, Amazon a déjà commencé à déployer une technologie de paiement par reconnaissance de la main sans contact dans certains de ses magasins physiques aux États-Unis. Le géant américain avait été précédé par la firme japonaise Fujitsu, qui avait été la première à déployer un système similaire, PalmSecure, dans les points de vente.

Ton opinion

2 commentaires