Roland-Garros: à 16 ans, Mirra Andreeva est une future star

Publié

Roland-Garros 2023Mirra Andreeva, 16 ans, future star

Éliminée par Coco Gauff au troisième tour, l’adolescente peut quitter le tournoi la tête haute. Elle a l’avenir pour elle.

À 16 ans, portée par l’insouciance de sa jeunesse, Mirra Andreeva disputait son premier tournoi du Grand Chelem. Il y en aura beaucoup d’autres.

À 16 ans, portée par l’insouciance de sa jeunesse, Mirra Andreeva disputait son premier tournoi du Grand Chelem. Il y en aura beaucoup d’autres.

AFP

Il faut déjà se souvenir de son nom comme on apprend une leçon: parce que cela va resservir. Dans quelque temps, avec de l’expérience, des repères, un plan de jeu moins instinctif, Mirra Andreeva aura tous les courts à ses pieds, toutes les cours aussi: c’est une gamine de 16 ans qui ne fait son âge que quand elle quitte le terrain. Et c’est très bien comme cela.

Sortie des qualifications de Roland-Garros, la jeune Russe avait déjà tapé dans l’œil de Heinz Günthardt à Chiasso, à la mi-avril. «Elle est grande et déjà puissante pour son âge, elle ressemble à une machine qui sait déjà tout faire», nous a dit le patron de la Billie Jean King Cup. C’est vrai, elle sait tout faire. C’est vrai aussi, il y a quelque chose de machinal à frapper toutes les balles qui se proposent à elle sans se poser la moindre question.

Il n’en demeure pas moins qu’au troisième tour de Roland-Garros, pour son premier tournoi du Grand Chelem, elle a commencé par «manger» le premier set à Coco Gauff, tête de série No 6. Au tie-break, la Russe d’à peine 16 ans a forcé le passage comme une vieille routinière. C’est après qu’elle a craqué. L’Américaine avait laissé passer l’orage, sans s’affoler. Quand ce fut au tour de Mirra Andreeva de manquer quelques points, les nuages avaient changé de tête et la Russe n’était pas encore armée pour les chasser. Résultat: 7-6 1-6 1-6.

À la découverte du gazon

Désarmante de simplicité, ce n’est plus la championne qui fait plus que son âge qui s’est présentée en conférence de presse. C’est une jeune ado un brin boudeuse, qui a tenté de mettre des mots sur sa défaite.

«Passé ce premier set, je me suis dit que je pouvais gagner le match et j’ai été un peu nerveuse, soufflait-elle, déçue. En fait, au lieu de penser au match, je ressassais les erreurs que je faisais. Mais je veux garder le positif de tout ce que j’ai vécu ici à Paris. J’apprends.»

Déconcertante Mirra. Quand elle joue, on oublie qu’elle vient d’avoir 16 ans. Quand elle murmure quelques phrases, on oublie qu’elle joue déjà dans la cour des grandes. «Je n’ai pas de surface préférée jusqu’à présent, assure-t-elle dans un sourire encore enfantin. Je vais maintenant découvrir l’herbe pour la première fois. On verra.» On verra avec elle, oui, parce que son arrivée sur le circuit pro est porteuse de grandes promesses.

Ton opinion

8 commentaires