Mise en consultation du projet d'aéropôle de Payerne
Actualisé

Mise en consultation du projet d'aéropôle de Payerne

Il doit notamment permettre les premiers vols d'essais de l'avion solaire de Bertrand Piccard.

Il pourrait toutefois rencontrer l'opposition des riverains qui redoutent les nuisances dues à l'extension des vols militaires.

Simultanément, le plan sectoriel militaire a également été mis en consultation mardi. Ce concept a été élaboré en 2005 par le Département de la défense dans le cadre d'Armée XXI et est orienté sur les besoins opérationnels et d'instruction pour les Forces aériennes. Il prévoit un total de 21.900 mouvements à Payerne, dont 13.900 mouvements de jets de combat.

Pour l'aviation civile, 10.000 mouvements par année sont prévus. Il est question de construire un tarmac, une voie de roulage ainsi que la réalisation de bâtiments pour l'entreprise Speedwings (vols d'affaires) et le Bureau d'enquête sur les accidents d'aviation, avec un hangar abritant les prototypes de l'avion de Bertrand Piccard durant leurs vols d'essai.

Riverains inquiets

«Si aucune opposition ne vient perturber la procédure au terme de la consultation, ces plans pourraient être approuvés par le Conseil fédéral dès le mois de novembre prochain», a précisé mardi en conférence de presse le vice-directeur de l'OFAC Marcel Zuckschwerdt. Des recours au Tribunal administratif, puis au Tribunal fédéral, seront ensuite encore possibles. Aucune voie de recours n'est en revanche possible contre le plan sectoriel militaire.

Le projet de l'armée inquiète toutefois les riverains de l'aérodrome. «La population fribourgeoise et les communes voisines ne sont pas disposées à l'accepter sans autre», a relevé le conseiller économique fribourgeois Marcel Godel. «Il s'agira durant la consultation d'écouter les doléances des communes, sans quoi on s'achemine vers une épreuve de force», a-t-il ajouté.

Pas négociable

Le bruit est le principal grief des communes. Durant les heures de vols, les jets perturberont la vie locale. Lors d'une rencontre lundi soir à Estavayer-le-Lac (FR), le conseiller fédéral Samuel Schmid a toutefois martelé que l'extension des vols militaires n'était pas négociable. Un groupe de travail a néanmoins été mis en place pour trouver une solution.

Philippe Sordet, chef du service économique du canton de Vaud craint aussi que le plan sectoriel militaire ne plombe le développement économique de la Broye. La Municipalité de Payerne a investi massivement ces dernières années dans la construction de zones proches de l'aérodrome et Solar Impulse ira à l'étranger si les infrastructures ne sont pas construites.

Le développement de l'aéropôle revêt une importance stratégique pour la Broye et les économies des cantons de Vaud et de Fribourg. Selon diverses estimations, ce sont au total plus de 500 emplois qualifiés qui pourraient y être créés dans les 10 à 15 prochaines années. (ap)

Ton opinion