Suisse - UE: Mise en garde contre un abandon de la voie bilatérale
Actualisé

Suisse - UEMise en garde contre un abandon de la voie bilatérale

L'abandon des accords bilatéraux entre la Suisse et l'Union européenne (UE) coûterait pas moins de 200 milliards au produit intérieur brut (PIB) helvétique, prévient le président d'economiesuisse.

Alors que la situation quant à la mise en oeuvre de l'initiative contre l'immigration de masse reste floue, le président d'economiesuisse met en garde contre l'abandon des accords bilatéraux entre la Suisse et l'Union européenne (UE).

Alors que la situation quant à la mise en oeuvre de l'initiative contre l'immigration de masse reste floue, le président d'economiesuisse met en garde contre l'abandon des accords bilatéraux entre la Suisse et l'Union européenne (UE).

Sur la base des estimations de l'institut Prognos, «nous en serions actuellement toujours au niveau des années 1990 et le revenu par habitant serait d'un quart inférieur», a déclaré vendredi à Zurich Heinz Karrer dans le cadre de la Journée de l'économie, selon le texte de son discours. Sans les accords bilatéraux, l'accès des entreprises suisses au marché intérieur européen deviendrait très compliqué.

Cela pourrait par exemple intervenir lorsque des machines ou des médicaments produits en Suisse répondraient à des normes différentes. Ces biens ne pourraient alors plus être exportés sans autre vers l'UE. «Jusqu'à présent, la suppression des obstacles techniques au commerce ont permis à note industrie d'exportation d'économiser entre 200 et 500 millions de francs par an», a ajouté M. Karrer.

Des montants qui ont permis de réaliser d'importants investissements en matière de recherche et développement. «Que peut donc signifier pour nos entreprises le fait de ne plus pouvoir présenter d'offres dans le cadre de marchés publics dans l'UE?» s'est interrogé M. Karrer. «Ces derniers se chiffrent chaque année à 1500 milliards de francs. (ats)

Ton opinion