Détenu mort à Bochuz (VD): «Mise en garde formelle» pour cinq gendarmes
Actualisé

Détenu mort à Bochuz (VD)«Mise en garde formelle» pour cinq gendarmes

Cinq gendarmes de la police cantonale vaudoise ont reçu une «mise en garde formelle» pour les propos injurieux tenus sur le détenu mort à Bochuz (VD).

La prison de Bochuz, où Skander Vogt a perdu la vie. (Photo: Keystone/Le Matin)

La prison de Bochuz, où Skander Vogt a perdu la vie. (Photo: Keystone/Le Matin)

«J'approuve la mise en garde formelle sans réserve», a déclaré la cheffe du Département de la sécurité et de l'environnement Jacqueline de Quattro, dans une interview au quotidien «24 Heures», parue samedi. Le commandant de la police a prononcé cette mise en garde formelle cette semaine.

«Si le stress peut expliquer des dérapages verbaux, il ne les excuse pas», poursuit la conseillère d'Etat. De tels propos ne sont pas tolérables, insiste-t-elle.

Les cinq hommes - dont un adjudant - travaillaient à la centrale d'appels de la police cantonale la nuit du 10 au 11 mars, lorsque le personnel du pénitencier les a appelés. Des médias français ont ensuite diffusé des extraits de ces enregistrements, dans lesquels on entend des propos injurieux.

Gendarmerie en sous-effectif

«La centrale d'appels est en situation de surcharge chronique. Depuis mon arrivée dans ce département, je m'efforce de réduire le sous-effectif dont souffre la gendarmerie», a affirmé Jacqueline de Quattro.

Le Suisse de 30 ans détenu dans le quartier de haute sécurité est mort asphyxié après avoir mis le feu à son matelas. Il était enfermé depuis l'âge de 18 ans après une condamnation de 20 mois.

Jeudi, le conseiller d'Etat Philippe Leuba a fait savoir qu'il se séparait avec effet immédiat de la cheffe du Service pénitentiaire Catherine Martin. Il a aussi annoncé des mesures pour améliorer la situation dans les prisons. Vingt places supplémentaires ont été créées pour désengorger les lieux de détention préventive.

(ats)

Ton opinion