Forum de Davos: Mission prolongée pour l'armée à Davos
Actualisé

Forum de DavosMission prolongée pour l'armée à Davos

Le Conseil des Etats a donné son accord mercredi à la prolongation jusqu'en 2015 de la mission de sécurité de l'armée durant la tenue du World Economic Forum (WEF).

L?Armée engage quelque 5000 hommes lors du WEF

L?Armée engage quelque 5000 hommes lors du WEF

L'armée continuera de prêter main forte aux autorités grisonnes pour assurer la sécurité du World Economic Forum (WEF) de Davos de 2013 à 2015. Après le National, le Conseil des Etats a donné mercredi son aval, par 30 voix sans opposition.

L'armée sera en mesure d'appuyer le canton des Grisons avec un effectif annuel de maximum 5000 militaires. Il s'agit d'un engagement subsidiaire dans le domaine de la protection des objets et des personnes, de la sauvegarde de l'espace aérien et d'un appui logistique.

La responsabilité des engagements incombe aux autorités civiles. Elles communiquent aux troupes leur mission après discussion avec le Département de la défense et informent la population des tâches de la troupe.

(ats)

Le Conseil des Etats prolonge l'engagement de l'armée pour la sécurité intérieure

L'armée devrait continuer d'apporter son appui aux cantons de Zurich, Berne, Vaud et Genève pour la surveillance des ambassades et les mesures de sécurité du transport aérien. Le Conseil des Etats a accepté mercredi de prolonger cet engagement jusqu'à fin 2015 par 34 voix sans opposition. Contrairement à la Chambre du peuple, les sénateurs ont refusé de préciser que cette prorogation est la dernière. Plusieurs orateurs ont invoqué les incertitudes quant à l'avenir. Par exemple, on ne peut exclure que le canton de Genève, en raison des nombreuses organisations internationales qu'il abrite sur son territoire, ait encore besoin de cet appui de l'armée au-delà de 2015, a fait valoir le ministre de la défense Ueli Maurer. Au National l'argument selon lequel ces tâches sont tout à fait prévisibles et relèvent des cantons, qui doivent désormais recruter assez de policiers, avait prévalu. Le dossier retourne au Conseil national.

Ton opinion