Actualisé 27.12.2006 à 07:43

Mister Dynamite exposé à New York

La dépouille du «parrain de la soul» James Brown sera exposée jeudi à New York dans la salle de concert Apollo Theater.

Son inhumation aura lieu vendredi dans le cadre familial à Augusta, en Georgie, la ville où Brown avait grandi.

Les admirateurs du roi de la soul et du funk pourront rendre un dernier hommage au chanteur américain mort le jour de Noël dans un hôpital d'Atlanta, en Georgie, à l'âge de 73 ans, victime d'une insuffisance cardiaque congestive, a indiqué mardi sa maison de disques.

Une cérémonie en l'honneur de celui qui s'était autoproclamé «Mr Sex machine» ou «Dynamite Man» aura lieu samedi à Augusta dans le Palais des congrès qui porte son nom. Des milliers de personnes devraient participer à cette cérémonie.

Selon un ami du chanteur qui l'a accompagné à l'hôpital, ses dernières paroles ont été «Je m'en vais». James Brown «est mort très doucement», a rapporté à des journalistes Charles Bobbit. «Il s'est allongé sur le lit, il a soupiré très doucement trois fois, puis il a fermé les yeux et il est mort», a-t-il ajouté.

L'artiste «toussait depuis plusieurs mois mais sa santé avait empiré ces deux dernières semaines», sans l'empêcher de travailler, a poursuivi l'ami.

James Brown était connu pour ses performances scéniques et ses tenues de scène voyantes. Il a enregistré plus de 50 albums, vendus à des millions d'exemplaires dans le monde.

Une veuve sans toit

Suite à ce drame, sa veuve, Tomi Rae Brown, 36 ans, se voit interdire l'accès à la demeure qu'elle partageait avec le chanteur et leur fils de 5 ans. Tomi a expliqué qu'elle était en déplacement quand son mari est décédé.

«La dernière chose qu'il m'a dite, c'est «je t'aime ma chérie, à bientôt», a-t-elle déclaré. Une fois rentrée au domicile conjugal, des vigiles l'ont informée que l'avocat de James Brown, Buddy Dallas, et son comptable, David Cannon, avaient donné pour consigne de ne pas la laisser rentrer. Celle qui est devenue Mme Brown en 2001 a admis ne pas posséder le titre de propriété de la maison, mais a revendiqué le droit d'y vivre. «C'est chez moi! Je n'ai pas d'argent! Je n'ai nulle part où aller!», s'est-elle écriée.

La mémoire de «Mr Sex Machine» a été saluée par le président américain George W. Bush. «Laura et moi sommes attristés par la mort de James Brown», écrit-il dans un communiqué transmis par la Maison Blanche. «Durant un demi siècle, son talent novateur a enrichi notre culture et influencé des générations de musiciens.» Avec sa permanente, sa puissante voix et son jeu de jambes, l'interprète de «Sex Machine» a aligné les succès, avec notamment «I Got You (I Feel Good)», «It's A Man's Man's Man's World».

cgo/agences

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!