LUGANO: Mister Suisse n'est déjà plus célibataire
Actualisé

LUGANOMister Suisse n'est déjà plus célibataire

Elu samedi, le Glaronais de 22 ans André Reithebuch a rencontré sa belle en mangeant une glace.

par
Pascal Pellegrino

Tout le monde lui trouve un petit air de Richard Gere jeune. Quant à Silvia, sa maman, elle surnomme son fils cadet Rehli («Yeux de biche»). Au lendemain de son élection, le 16e Mister Suisse, un jeune charpentier de Glaris, espère qu'il sera mieux traité par les médias que son prédécesseur, Stephan Weiler.

– 20minutes online. Vous êtes un petit cachottier, car vous êtes amoureux, non?

– André Reithebuch. Oui, elle s'appelle Sarah. On s'est écrit des e-mails et on s'est rencontrés la première fois il y a un mois autour d'une glace.

– Pensez-vous qu'à l'aube de votre règne cet amour puisse durer?

– Oui, je l'espère. Durant ces dernières semaines, on n'a pas pu se voir souvent, car j'étais en pleine préparation de l'élection et dans mes examens professionnels. Mais ces fois-là étaient intenses. Je suis sûr qu'on saura se débrouiller pour trouver des moments à nous malgré l'agenda chargé d'un Mister Suisse.

– Vous serez dans le jury de l'élection de Miss Suisse Romande, samedi prochain à Martigny. Quels seront vos critères de jugement?

– C'est la première fois que je suis dans un jury, donc je n'en sais encore rien. J'aime le charme naturel d'une femme. Si elle est trop arrogante et sûre d'elle, ça ne me plaira pas.

– Vous ne parlez pas le français. Que savez-vous dire dans notre langue?

– Euh… «Une bière s'il vous plaît!» (Rires.) Je ne suis pas venu souvent en Suisse romande, mais quand j'étais chauffeur à l'armée, j'ai utilisé souvent cette phrase à Genève…

– Comment se sent-on quand on se réveille en tant que Mister Suisse?

– Super! Je rêvais de le devenir et j'avoue que je n'y crois pas encore complètement. Mais c'est un plaisir et une fierté assez indéfinissables.

– Ce titre va vous rapporter beaucoup d'argent…

– Oui, c'est un point qui n'est pas négligeable, mais qui n'est pas essentiel. Je n'ai pas fait ce concours pour l'argent. Même si le motard que je suis est heureux d'avoir remporté une Harley Davidson (rires)! Aujourd'hui, si je suis fier d'une chose, c'est de pouvoir représenter mon pays. Et j'espère que les médias ne me maltraiteront pas comme ils l'ont fait avec mon prédécesseur, Stephan Weiler.

– Sur votre dos, vous avez tatoué votre signe astrologique, un scorpion. En ferez-vous d'autres?

– Non. C'était une lubie que j'avais et je me suis fait ce cadeau pour mes 20 ans (n.d.l.r.: il est né le 27 octobre 1986). Mais ce sera le seul et unique tatouage.

– Vous souvenez-vous quel était votre jouet favori, enfant?

– Pendant l'hiver, les LEGO. Et pendant l'été, faire des châteaux de sable.

– Quelle personnalité aimeriez-vous rencontrer?

– Forcément, Roger Federer, qui est quelqu'un qui a tellement fait pour la Suisse. J'aimerais pouvoir apprendre des choses en le rencontrant.

– Dans dix ans, vous aurez 32 ans. Comment vous voyez-vous à cet âge-là?

–  Je serai marié, j'aurai fondé une famille et on vivra dans une maison que j'aurai bâtie moi-même dans mon canton de Glaris que j'aime tant. Mais le plus important, j'espère que j'aurai la santé.

Delmarque: «J’y ai cru jusqu’au bout»

Samedi, le Valaisan Delmarque Vilela (31 ans) a manqué l’élection de peu. Le Mister Suisse romande 2007 raconte à «20 minutes» comment il a vécu ce final à suspense: «J’y ai cru jusqu’au bout. Au moment où il ne restait qu’André et moi, j’étais sûr que j’allais gagner. J’ai levé les yeux au ciel et je me suis adressé en pensée à mon père: «Le rêve est à portée de main, papa…». Quand le nom d’André est sorti, j’avoue que ça m’a déçu. La tension était trop forte. Après, ma petite amie, Sandra, m’a consolé. Elle était fière de moi. Pour elle, d’arriver aussi loin était sans conteste une victoire. N’ayant jamais perdu la foi et étant persuadé que Dieu m’ouvre toujours la meilleure voie, je crois qu’elle a raison. Christa Rigozzi (n.d.l.r.: Miss Suisse 2006 et animatrice de la soirée) est du même avis: «Ce n’est pas la fin d’une aventure, c’est le début de plein d’autres», m’a-t-elle confié. Une chose est sûre, je suis persuadé que quand tu donnes de l’amour, tu es forcément récompensé un jour.»

Ton opinion