Grande-Bretagne: Mobilisation royale contre les inondations
Actualisé

Grande-BretagneMobilisation royale contre les inondations

William et Harry ont pris part vendredi aux efforts pour endiguer les inondations historiques qui touchent le pays.

Les princes ont brièvement épaulé des militaires occupés à charrier des sacs de sable à Datchett, dans le centre de l'Angleterre.

Les princes ont brièvement épaulé des militaires occupés à charrier des sacs de sable à Datchett, dans le centre de l'Angleterre.

Les princes ont brièvement épaulé des militaires occupés à charrier des sacs de sable à Datchett, dans le centre de l'Angleterre. Au total, 23 alertes inondations sévères ont été émises.

William, 31 ans, et Harry, 29 ans, sont arrivés avant les premières lueurs du jour, vers 6h, dans la localité de la grande banlieue londonienne rattrapée par la crue de la Tamise. Quelques caméras les ont filmés faisant la chaîne pour passer les sacs.

Portant anorak et bottes, les deux frères ont même exhorté les journalistes à passer à l'action. «Pourquoi ne posez-vous pas votre calepin pour nous donner un coup de main avec les sacs de sable», ont-ils lancé à l'adresse d'un reporter du «Guardian».

Le père des deux princes, Charles, avait donné l'exemple il y a dix jours en se rendant dans les plaines méridionales du Somerset inondé. Cela bien avant que les politiques, dont le Premier ministre David Cameron, ne se déplacent et mobilisent l'armée.

Vendredi, un porte-parole du palais de Buckingham a annoncé que la reine Elizabeth II s'était associée à l'élan de solidarité. Elle a offert «de la nourriture et du fourrage provenant des fermes royales du château de Windsor».

Militaires mobilisés

Au total, quelque 2200 militaires ont participé à la distribution de matériel et d'aide alimentaire. Par ailleurs, 3000 autres sont en attente, capables d'intervenir dans les deux heures, selon l'armée.

De fortes pluies ont à nouveau commencé vendredi à balayer le sud-ouest de l'Angleterre, où des rafales de vent de 130 km/h étaient prévues. La tempête, qui doit se poursuivre jusqu'à samedi, pourrait provoquer des perturbations dans les transports et l'évacuation d'un millier d'habitations supplémentaires, a indiqué l'Agence britannique de l'Environnement.

Deux morts

Dans de telles conditions, la Tamise pourrait atteindre par endroits ce week-end son plus haut niveau depuis soixante ans. Les autorités britanniques ont indiqué aux habitants de Windsor et du Surrey (ouest de Londres), où un millier de personnes ont été évacuées, qu'ils étaient exposés à de nouveaux risques d'inondations.

La nouvelle tempête qui s'abat sur le Royaume-Uni frappe deux jours seulement après des vents dignes d'un ouragan (pointes à 160 km/h) qui ont fait deux morts et privaient toujours d'électricité quelque 17'000 foyers vendredi. Un homme a été électrocuté et un autre est décédé à l'hôpital après avoir été blessé mercredi par la chute d'un arbre.

Hiver extrême

Les îles britanniques vivent actuellement l'un des hivers les plus humides de leur histoire. Au total, depuis début décembre, 5800 habitations ont été inondées au Royaume-Uni.

L'Irlande a été aussi particulièrement touchée par les coupures d'électricité, avec 260'000 foyers privés de courant au pic de la tempête et encore 75'000 affectés vendredi matin, selon la compagnie irlandaise ESB.

Cette tempête a également causé d'importantes perturbations sur le réseau téléphonique et Internet en Irlande avec encore 85'000 clients privés de connections vendredi matin. La compagnie ESB a prévenu qu'il faudrait probablement des jours, voire des semaines pour rétablir la situation. (ats)

100'000 foyers sans électricité en Bretagne

Près de 100'000 foyers étaient privés d'électricité vendredi soir en Bretagne, dans l'ouest de la France, en raison d'une tempête, a indiqué le réseau électrique de France. Des vents impétueux doivent balayer la région, soufflant jusqu'à 120 km/h, voire 140 km/h sur les caps exposés. Ces vents vont générer de très fortes vagues sur la façade atlantique et dans l'entrée de la Manche. Ils vont provoquer une élévation du niveau de la mer, selon Météo France.

Ton opinion