Politique: Mobilité douce et déductions fiscales dans les urnes
Publié

PolitiqueMobilité douce et déductions fiscales dans les urnes

Quatre cantons alémaniques organisent des votations, pour des sujets aussi variés que des fusions de services ou des prestations.

Les citoyens de Lucerne, Saint-Gall, Schaffhouse et Bâle-Vill doivent encore se prononcer sur divers projets.

Les citoyens de Lucerne, Saint-Gall, Schaffhouse et Bâle-Vill doivent encore se prononcer sur divers projets.

Parallèlement aux seconds tours des élections au conseil des Etats, quatre cantons alémaniques organisent des votations le 15 novembre. Au menu notamment: mobilité douce à Bâle-Ville, prestations complémentaires pour les familles à Lucerne, déductions fiscales à St-Gall ou encore fusion de services à Schaffhouse.

Les urnes de Bâle-Ville trancheront sur une initiative de l'Association transports et environnement (ate) demandant plus de place et de sécurité pour les vélos et les piétons. Le Parlement propose un contre-projet comprenant des mesures à court terme et moins coûteuses.

La nouvelle loi sur les taxis sera également soumise aux citoyens. En s'adaptant au marché et à la libre circulation avec l'UE, la révision doit aussi améliorer la qualité des services et les conditions de travail. Elle ne satisfait toutefois pas le syndicat Unia qui a saisi le référendum.

La gauche critique aussi que le texte ne prévoit pas de limitation du nombre de taxis. Par ailleurs, il ne réglemente pas la concurrence d'un nouveau type exercée par l'entreprise en ligne Uber.

Egalement au menu figure une réforme constitutionnelle des tribunaux. L'organisation actuelle, qui date du 19e siècle, est devenue obsolète. La réorganisation, soumise au référendum obligatoire, est incontestée.

Lucerne vote pour des prestations

Les familles lucernoises à faibles revenus devraient recevoir des prestations complémentaires. La pratique déjà mise en place dans plusieurs cantons, dont Genève et Vaud, est demandée par une initiative des Verts, soutenue par le PS. Les coûts que la mesure engendrerait pourraient varier entre 5 et 58 millions de francs, selon le gouvernement.

Le Parlement a rejeté le texte. Il juge la mesure inutile, car les familles dans le besoin perçoivent déjà des aides sous forme d'allègement des primes, de déductions fiscales ou encore l'aide sociale.

Les citoyens lucernois se prononceront également sur la répartition des coûts de la santé. Une initiative de l'UDC demande que le canton prenne en charge la moitié des factures impayées. Actuellement, les communes supportent seules ces frais. Cela représenterait au moins 54 millions de francs pour le canton. Gouvernement et Parlement rejettent le texte.

Economies attaquées à Saint-Gall

Deux mesures du plan d'économies du canton de St-Gall sont attaquées en votation. Dans le premier cas, une initiative du PS, des Verts et des syndicats demande une hausse des moyens accordés aux réductions de primes maladie. Le Parlement l'a refusée estimant que le canton ne pouvait pas se permettre ce surcoût de 70 millions de francs.

Dans le deuxième cas, l'UDC a saisi le référendum pour contrer la baisse de la déduction fiscale accordée aux pendulaires à 3655 francs, soit le prix d'un abonnement général de 2e classe. Pour l'UDC, il s'agit d'une hausse d'impôts. Le gouvernement fait valoir un traitement égal des pendulaires et les rentrées supplémentaires de 13,2 millions déjà budgétées.

Les citoyens se prononceront également sur la révision de la loi sur les constructions. La nouvelle version transmet du gouvernement au parlement le pouvoir de décider des paramètres de base du plan directeur. Un comité a saisi le référendum craignant que le législatif de droite ne réussisse à imposer de grandes zones à bâtir.

Enfin, au programme des votations figurent aussi la participation du canton et un prêt pour l'assainissement et l'agrandissement de la clinique gériatrique de St-Gall. Sur les 40 millions devisés, le canton payera 25 millions et prêtera le reste à la clinique. L'objet est incontesté.

Fusion à Schaffhouse

Les services des travaux publics du canton et de la ville de Schaffhouse veulent fusionner. Pour ce faire, les citoyens du canton doivent approuver un crédit de 8,78 millions de francs. Ceux de la ville votent sur la dissolution du service communal.

La fusion permettra d'économiser 580'000 francs par année du côté du canton et 410'000 francs à la ville. Les deux législatifs ont approuvé la convergence à l'unanimité. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion