Coronavirus: Moderna va tester son vaccin sur des milliers d’enfants
Publié

CoronavirusModerna va tester son vaccin sur des milliers d’enfants

Mardi, la firme américaine a annoncé vouloir effectuer un essai clinique de son vaccin sur des mineurs aux États-Unis et au Canada.

Le vaccin de la firme américaine est délivré en deux doses chez l’adulte.

Le vaccin de la firme américaine est délivré en deux doses chez l’adulte.

Reuters

La société de biotechnologie américaine Moderna a commencé des essais de son vaccin contre le Covid-19 sur des milliers d’enfants âgés de 6 mois à 11 ans, a annoncé la firme, dans un communiqué, mardi.

Cet essai clinique concerne un total prévu de 6750 enfants aux États-Unis et au Canada, a précisé Moderna, qui produit déjà pour les adultes un vaccin anti-Covid administré en deux injections séparées de quatre semaines et fondé sur une technologie récente, l’ARN messager.

Étudier «la sûreté et l’efficacité»

Le vaccin de Moderna est pour le moment autorisé pour les personnes de 18 ans et plus, en Amérique du Nord, dans l’Union européenne et dans quelques autres pays dont Israël et Singapour.

Cet essai, pour lequel les premières doses ont commencé à être injectées, permettra d’étudier «la sûreté, la tolérance, la réactogénicité (ndlr: production d’effets indésirables), et l’efficacité» du vaccin, a déclaré l’entreprise, dans un communiqué.

Deux dosages étudiés

Dans un premier temps, deux dosages différents seront étudiés pour les enfants âgés de 2 à 11 ans, et trois dosages (dont un encore moins élevé) chez les bébés de 6 mois à moins de 2 ans.

Une fois le meilleur dosage déterminé, d’autres enfants recevront un placebo, ce qui permettra de comparer le groupe vacciné avec celui non vacciné. Les enfants seront suivis sur douze mois après la seconde injection.

D’autres essais du vaccin de Moderna sont en cours depuis décembre, sur les adolescents âgés de 12 à 18 ans. Cet essai-là compte environ 3000 participants. Le vaccin de Moderna est fondé sur une technologie récente, l’ARN messager.

(AFP)

Ton opinion