Actualisé 15.07.2010 à 12:15

Drame sur le lac de Bienne«Mon amie est morte dans mes bras»

Le bateau et son pilote qui ont mortellement percuté une jeune femme de 23 ans restent introuvables. Rescapé, le compagnon raconte le drame au Blick.

von
tde/ats
Le jeune couple rentrait en canot pneumatique d'un pique-nique sur l'île St-Pierre (photo de gauche), lorsqu'ils ont été happés par un bateau à moteur de standing de même type que celui sur la photo de droite.

Le jeune couple rentrait en canot pneumatique d'un pique-nique sur l'île St-Pierre (photo de gauche), lorsqu'ils ont été happés par un bateau à moteur de standing de même type que celui sur la photo de droite.

Son week-end a tourné au drame. Choqué, le compagnon de la jeune femme happée par un bateau à moteur s'est confié au Blick. La voix nouée, il décrit l'horreur. «Il n'y a rien de pire au monde, lorsque vous tenez dans vos bras votre amie, morte.»

Assis dans le jardin de son appartement, en Argovie, Stephan, 26 ans, raconte le drame au quotidien alémanique.

Le couple était parti pour un week-end de camping au lac de Bienne. C'est au retour de leur pique-nique à l'île St-Pierre que l'impensable se produit. «On était sur notre bateau gonflable et on se dirigeait vers Lüscherz, où se trouvait notre tente. Soudain, j'ai entendu le bruit d'un bateau à moteur. Il était à une cinquantaine de mètres. J'ai eu peur. Nous avons crié et fait des signes avec les bras pour qu'il change de cap. Mais le type sur le bateau continuait de foncer sur nous. J'ai dit à ma copine de sauter et de plonger.»

Du sang partout

Les secondes et minutes qui suivent sont un véritable cauchemar. Sa copine a été happée par le bateau. Elle est consciente mais ne sent plus ses jambes. Il y a du sang partout. Stephan parvient à l'amener au canot et lui parle pour la soutenir. Quelques instants plus tard, elle ne respire plus. STephan gesticule, appelle à l'aide. Il est entendu par deux hommes qui viennent à son secours avec leur bateau à moteur. Ils tentent de réanimer la jeune femme. Mais il est déjà trop tard. Lorsque le médecin de la Rega arrive sur les lieux, il ne peut que constater le décès.

Stephan ne parvient pas à imaginer que le conducteur du bateau ne les a pas vu. Il veut qu'on le retrouve, mais il sait que cela ne lui ramènera pas sa copine.

Puis il éclate en sanglots: «Nous devions nous marier dans trois semaines.»

La juge d'instruction chargée de l'enquête n'a pas souhaité préciser de quelle région le couple était originaire, invoquant la protection des personnes. Les enquêteurs ignorent aussi si le couple a agi imprudemment sur le bateau gonflable et à quelle distance du bord ils se trouvaient, a ajouté Michael Jungi, de la police du lac de Bienne.

Limites de vitesse

Les bateaux gonflables peuvent généralement naviguer sans problème au bord des rives du lac. La vitesse est limitée à cet endroit, de même qu'aux abords de l'île Saint-Pierre. Mais il existe aussi une zone sans restrictions de vitesse. Les enquêteurs ignorent où la collision a eu lieu exactement. Ils ne peuvent pas non plus dire si les personnes impliquées avaient consommé de l'alcool.

Les accidents de ce type sur le lac de Bienne sont rares, selon la police.

Appel à témoins

La police recherche toujours le conducteur du bateau à moteur. Le signalement est le suivant: 55 à 65 ans, légère calvitie, vêtu d'un t-shirt blanc et portant des lunettes de soleil. A bord du bateau se trouvaient deux à trois personnes supplémentaires. Le bateau est probablement de marque Bösch ou Pedrazzini. Il s'agit d'un bateau de standing, en bois noble.

Police cantonale bernoise: 032 344 51 11

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!