Etats-Unis: «Mon enfant de 7 ans avec son premier lion»
Actualisé

Etats-Unis«Mon enfant de 7 ans avec son premier lion»

Un Américain a été contraint de se justifier dans la presse après qu'un groupe de militants a découvert des photos de ses fils posant avec des fauves morts.

par
joc
1 / 2
L'été dernier, Allen Tarpley a publié cette photo mettant en scène son garçon de 7 ans.

L'été dernier, Allen Tarpley a publié cette photo mettant en scène son garçon de 7 ans.

Twitter
Un groupe d'amateurs de chasse a posté ce cliché montrant le fils aîné de l'Américain en train de jouer avec son iPad après avoir abattu cette lionne.

Un groupe d'amateurs de chasse a posté ce cliché montrant le fils aîné de l'Américain en train de jouer avec son iPad après avoir abattu cette lionne.

Fqacebook

Après la polémique déclenchée par la mort de Cecil le lion en juillet, la chasse aux chasseurs se poursuit sur les réseaux sociaux. Après Sabrina Corgatelli, qui avait nargué les internautes en prenant la défense de James Palmer, c'est un certain Allen Tarpley qui se retrouve dans l'oeil du cyclone virtuel. Cet Américain a publié sur le web une photo de son fils en train de poser, le fusil à la main, à côté d'un lion mort. «Mon enfant de 7 ans avec son premier lion», a-t-il fièrement commenté.

L'amateur de chasse établi dans l'Indiana a également posté un cliché où apparaît son fils aîné, vautré contre le corps d'une lionne. «Comme un chef après avoir traqué et abattu cette lionne de près, ce jeune garçon de 9 ans prend une pause et joue sur son iPad. Son père peut être très fier», peut-on lire en légende de la photo, postée sur un groupe d'amateurs de chasse.

«Ils ne peuvent pas comprendre»

Ces images, publiées l'été dernier, ont été découvertes par une association de militants anti-chasse, croit savoir le «New York Daily News». «Le fait qu'un enfant puisse s'appuyer tout normalement contre le corps d'un animal et jouer avec de la technologie est effrayant», a estimé un porte-parole de We Will Not Be Silenced About Hunters. Depuis la mise au jour de ces clichés, Tarpley a fermé son compte Twitter.

Interrogé par le «Daily Mail», l'Américain s'est défendu en expliquant que les gens qui ne pratiquent pas la chasse «ne peuvent pas comprendre». «Il n'y a pas eu de buzz dans les médias à propos du planning familial qui vendait des organes de bébés, mais un lion se fait tuer et tout le monde devient fou», a-t-il réagi. Tarpley a ajouté que les deux photos retrouvées récemment dataient d'il y a quatre ou cinq ans et qu'il avait cessé de chasser depuis longtemps, parce qu'il n'en avait «plus les moyens financiers».

Ton opinion