02.03.2020 à 08:14

Vaud

«Mon fils s'étouffait, mais personne ne répondait»

Alors que son petit garçon était en difficulté respiratoire, un jeune papa a dû multiplier les coups de fil avant d'avoir une réponse concernant un médicament.

de
xfz
En cas de crise de faux croup, l'air frais et humide peuvent aider à réduire les symptômes.

En cas de crise de faux croup, l'air frais et humide peuvent aider à réduire les symptômes.

Keystone

Sur le moment, il a surtout eu très peur. Mais ce sentiment s'est ensuite mué en colère. Alors que son petit garçon de deux ans éprouvait de grandes difficultés à respirer, un habitant d'Orbe (VD) a dû multiplier les coups de fil, avant d'avoir une réponse à sa question. «Je voulais juste savoir si je pouvais donner à mon fils le médicament que j'avais acheté. Mais on m'a baladé d'un hôpital à l'autre, alors que la vie de mon petit garçon était en jeu!» déplore-t-il.

Deux jours avant ces instants de stress, le papa s'était rendu chez le pédiatre avec l'enfant, car il présentait tous les symptômes d'un bon refroidissement. Le médecin a néanmoins anticipé qu'un faux croup (lire encadré) pendait au nez du bambin. Il lui a alors prescrit des corticoïdes, en expliquant au papa qu'il fallait lui en donner une dose en cas de crise.

Le médicament devait être pris le matin

Lorsque celle-ci s'est présentée, il était tard le soir. Malgré tout, avant d'administrer à son enfant le médicament, l'Urbigène a pris le temps de lire la posologie. Et là, problème. La notice indiquait que ce médicament devait être pris le matin. Pour en savoir plus, il a alors appelé la centrale des médecins de garde. Mais on lui a simplement répondu qu'il fallait appeler l'hôpital d'Yverdon.

Ce dernier lui a rétorqué qu'il fallait appeler la centrale des médecins. Mais comme c'est ce qu'il venait de faire, on lui a proposé d'appeler le CHUV. A son tour, le CHUV n'a pas répondu, et lui a conseillé d'appeler les HUG. Avec les temps d'attente entre chaque étape, le papa a passé plus d'une demi-heure au téléphone. Finalement un pédiatre de la structure genevoise lui a expliqué qu'il fallait, de toute urgence, donner le fameux médicament à l'enfant. Le traitement a rapidement agi, et l'état du petit garçon s'est amélioré en quelques minutes.

«C'est quand même pas croyable! Mon fils s'étouffait et personne ne me répondait. Mais que pouvais-je faire de plus?» s'interroge le papa. Rien, selon la Fédération des médecins suisses (FMH). «En fait, la centrale des médecins de garde aurait dû le mettre directement en relation avec le pédiatre de garde de sa région», estime la FMH.

Un faux croup? Restez calmes

Le faux croup se caractérise par une inflammation d'origine virale des voies respiratoires, à la hauteur des cordes vocales, réduisant considérablement le volume d'air pouvant y circuler. En cas de crise, chez les enfants jusqu'à 3 ans, les symptômes apparaissent très rapidement, souvent la nuit. Ils peinent alors à respirer, leur voix devient rauque et leur toux ressemble à des aboiements. L'air frais et l'humidité peuvent aider à réduire ces symptômes. Mais il est aussi important que les parents restent calmes, et tentent de calmer l'enfant. Si cela ne suffit pas, il faut alors consulter un médecin. Dans la plupart des cas, une dose de cortisone fera diminuer l'inflammation et permettra à l'enfant de mieux respirer.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!