Actualisé 16.06.2018 à 07:35

Football«Mon joueur préféré, c'est Romario!»

Le solide défenseur genevois se réjouit d'affronter le Brésil à la Coupe du monde. Il avoue une admiration pour le mythique petit attaquant de la Seleçao.

de
Tim Guillemin - Togliatti
Le Mondial 1994 a profondément marqué le défenseur de l'équipe nationale.

Le Mondial 1994 a profondément marqué le défenseur de l'équipe nationale.

Keystone/Alessandro Crinari

Vu le profil de joueur de Johan Djourou, on l'imaginait rêver devant les interceptions raffinées d'Aldaïr ou les tacles glissés de Lucio. Les références brésiliennes au poste de défenseur central ne manquent pas et on imaginait volontiers le Genevois s'en être inspiré lorsqu'il était gamin. Raté.

Souvenirs du Mondial 1994

«Mon joueur préféré de tous les temps, c'est Romario!», a rigolé Johan Djourou, tout content de nous avoir dribblé. Il est vrai qu'à l'époque de la Coupe du monde 1994, le gamin genevois avait 7 ans. Et qu'à cet âge-là, ce sont plutôt les attaquants qui attirent le regard. «Cette Coupe du monde, c'est la première que j'ai regardée à la télévision. Je me rappelle très bien de Romario et de Bebeto, le geste du berceau qu'ils faisaient quand ils marquaient. Et vu que Romario est mon joueur préféré de tous les temps, c'est quelque chose de spécial d'y repenser.»

Depuis, le petit Johan Djourou a bien grandi et est devenu footballeur professionnel. Dimanche, il affrontera le Brésil dans un match de Coupe du monde (à 20h heure suisse). Et là, pas question de se montrer admiratif de qui que ce soit: «Ce sera à nous de montrer de quoi on est faits, directement dès le premier match. Le Brésil est un des favoris, mais quand tu veux aller loin dans une compétition, tu dois battre tout le monde. On va essayer de gagner contre les meilleurs et le Brésil en fait partie.»

«On a les armes pour faire quelque chose d'énorme»

Est-ce de bon augure de les jouer en premier, puisque Neymar n'a pas joué un match officiel depuis le 26 février et que le Brésil est «programmé» pour monter en puissance au fil du tournoi? «Hem ça, je pourrai vous le dire seulement après le match, sourit Djourou. On a les armes pour faire quelque chose d'énorme, c'est sûr. Mais si tu n'es pas en forme au bon moment, ou si la chance n'est pas avec toi, tu peux aussi passer à côté. Tout va dépendre du moment et de comment l'équipe va se sentir. Ce qui est sûr, c'est que l'entame du tournoi va avoir une influence sur la suite. Il y a quatre ans, si on fait match nul ou si on perd contre l'Equateur, c'est un tout autre début de campagne.» Aux Suisses de jouer pour réussir leur début de campagne de Russie.

A priori, Johan Djourou devrait débuter cette partie sur le banc. La charnière centrale de la Suisse sera vraisemblablement composée du duo Fabian Schär - Manuel Akanji.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!