Actualisé 23.03.2020 à 15:08

Coronavirus en France

«Mon père s'est sacrifié. C'est injuste»

Le premier médecin mort du coronavirus en France était un passionné. Il avait l'âge d'être à la retraite mais tenait à rester en fonction pour aider ses collègues.

de
joc

Toute une commune du nord de la France pleure l'un des siens. Le docteur Jean-Jacques Razafindranazy est décédé samedi soir au CHU de Lille, à l'âge de 68 ans. Il est le premier médecin à succomber au coronavirus en France. Dimanche soir, lors de l'habituel hommage rendu au personnel soignant, les habitants de sa commune de Compiègne ont eu une pensée toute particulière pour cet homme au courage admirable.

Jean-Jacques Razafindranazy avait l'âge de la retraite, mais il avait choisi de continuer d'aider ses collègues du centre hospitalier de Compiègne. Il était urgentiste dans cet hôpital «depuis quatre ou cinq ans», indique son fils. Sur les réseaux sociaux, celui-ci lui a rendu un hommage bouleversant. «Mon père s'est sacrifié. Il était à la retraite et aurait pu arrêter, mais il continuait à venir car il voulait toujours aider ses confrères surchargés. Il travaillait parce qu'il aimait ça, c'était sa vie. C'est injuste. Nous sommes tristes et en colère», confie-t-il au «Parisien».

Le médecin a été infecté début mars et son état s'est «rapidement dégradé» ces derniers jours, explique un de ses collègues. Selon les enfants du médecin, celui-ci était rentré «en pleine forme» de vacances à Madagascar, fin février. «Il est revenu d'une garde très fatigué. Il est très vite tombé malade, ne mangeait plus, n'avait plus de goût alors que c'était un bon vivant», ajoute-t-il.

Pour l'heure, on ignore comment Jean-Jacques Razafindranazy a été infecté. Il est cependant probable qu'il ait été confronté aux premiers patients contaminés dans l'Oise, l'un des foyers de Covid-19 en France. «Les précautions étaient alors moindres, en tout cas pas adaptées», indique une source hospitalière. Au centre hospitalier de Compiègne, le tout premier patient atteint du coronavirus avait en effet été soigné sans qu'aucune mesure de protection particulière ne soit prise. «On n'a pas demandé à mourir. On assume nos responsabilités, mais les citoyens ne se rendent pas compte de la gravité de la situation», alerte un urgentiste.

Décès de deux médecins du Grand Est

Deux médecins originaires du Haut-Rhin et de Moselle sont décédés dimanche des suites d'une contamination au coronavirus, a-t-on appris lundi auprès de la clinique et du maire de la commune où les deux professionnels exerçaient

Selon la clinique du Diaconat de Mulhouse (Haut-Rhin), Jean-Marie Boegle, gynécologue-obstétricien de 66 ans, est mort «des suites» du Covid-19. En Moselle, Sylvain Welling, généraliste de 60 ans, est décédé à l'hôpital de Saint-Avold où il avait été admis mercredi pour des «problèmes respiratoires», a indiqué Gilbert Weber, maire de la commune.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!