Actualisé 29.09.2016 à 12:47

Drame au Luxembourg

«Mon visage est abîmé pour le reste de ma vie»

Une femme a été gravement blessée par ce qui semble être le tir d'un chasseur, samedi au Luxembourg. Entre deux opérations, elle se confie.

de
Fatima Rougi/Gaël Padiou
1 / 7
Alors qu'elle était assise en terrasse chez un ami, Nathalie a été gravement blessée par une balle perdue, le 24 septembre 2016.

Alors qu'elle était assise en terrasse chez un ami, Nathalie a été gravement blessée par une balle perdue, le 24 septembre 2016.

Voilà une photo d'elle avant son accident.

Voilà une photo d'elle avant son accident.

Cette Belge de 47 ans, est actuellement hospitalisée. Elle a été opérée une première fois dimanche 25 septembre et va devoir encore subir une voire deux opérations.

Cette Belge de 47 ans, est actuellement hospitalisée. Elle a été opérée une première fois dimanche 25 septembre et va devoir encore subir une voire deux opérations.

Quelques jours après l'accident survenu à Fentange au Luxembourg, l'enquête suit son cours et l'accident de chasse est encore une hypothèse.

À l'hôpital, Nathalie, la victime, se repose avant une seconde opération. «J'ai la mâchoire droite brisée et il y a encore des débris de balle dans ma joue. Une troisième opération sera peut-être nécessaire», expliquait-t-elle à «L'essentiel» mercredi.

«Une douleur extrême dans ma joue»

Alors qu'elle était assise en terrasse avec des amis, samedi après-midi, elle a pris une balle perdue en plein visage. «Je n'ai pas entendu de tirs, j'ai juste entendu un énorme sifflement qui s'approchait de moi et puis j'ai senti une douleur extrême dans ma joue. C'était bizarre car j'étais consciente tout le temps», se souvient-elle. «Ça ne ressemble à rien de connu comme douleur, je ne saurais pas la décrire».

L'analyse de la balle est en cours

Malgré son état et sa difficulté à articuler, cette Belge de 47 ans, mère de deux enfants, a tenu à raconter ce qui lui est arrivé. «Mon visage est abîmé pour le reste de ma vie, ma bouche ne va certainement pas se fermer en entier pour le reste de ma vie à cause du hobby de quelqu'un, ce n'est pas juste».

Pour elle, pas de doute, c'est la balle d'un chasseur qui l'a touchée. «Quand le docteur a vu la balle, il a tout de suite dit que c'était une balle de chasse, de celles qu'on utilise pour les sangliers». Une balle, qui a été récupérée lundi pour analyse par la police luxembourgeoise.

«Des choses qui peuvent se produire»

«Ce qui s'est passé ne fait pas plaisir, évidemment, mais ce sont des choses qui malheureusement peuvent se produire malgré toutes les précautions prises», relate jeudi un responsable de la chasse, tout près des lieux où s'est produit l'accident samedi.

Le jour où la quadragénaire belge a été atteinte par la balle perdue, le chasseur n'était pas présent sur les lieux. «C'est l'un de mes associés qui m'a raconté le déroulement de la journée». Une journée classique, a priori, pour des chasseurs sollicités par un agriculteur qui moissonnait le maïs: «Les sangliers créent de nombreux dégâts dans les champs et nous sommes donc là pour réguler leur prolifération». Cinq chasseurs s'étaient ainsi postés de part et d'autre du champ.

Des règles de sécurité scrupuleusement respectées

«Quatre tirs ont été effectués par trois chasseurs, d'après les dires de mes collègues», précise le chasseur, qui ne comprend pas comment la jeune femme a pu être atteinte. D'après ses associés, toutes les règles de sécurité ont été scrupuleusement respectées. Et aucun des chasseurs n'a tiré en direction des habitations.

«Nous attendons avec impatience les résultats de l'enquête de police pour comprendre. Encore ce matin (NDLR: mercredi), un policier a estimé qu'il s'agissait d'un accident et que cela ne pouvait être qu'une balle déviée». En attendant, le chasseur et ses camarades n'en oublient pas la victime et ses amis encore sous le choc. «Nous allons prendre contact avec eux». (Fatima Rougi/Gaël Padiou/20 minutes)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!