Mondial 2006: les marchands de plaisir en salivent déjà...

Actualisé

Mondial 2006: les marchands de plaisir en salivent déjà...

L'arrivée cet été d'un million d'amateurs de football en Allemagne lors de la Coupe du monde fait saliver les commerçants allemands, surtout les marchands de plaisirs.

A quelques pas du Stade olympique de Berlin, où sera disputée la finale le 9 juillet, la plus grande maison close de la ville a pignon sur rue. Et les propriétaires ont bien l'intention d'attirer dans leurs filets, ou draps, une partie des amateurs de football.

Ouvert en septembre, Artemis compte 40 chambres décorées de fausses peaux d'animaux et de velours. L'établissement qui a coûté 6,5 millions d'euros est aménagé sur quatre étages où trône parmi les colonnades une panoplie de statues grecques et romaines.

Parmi les commodités figurent saunas, piscine et solarium. Et au cas où les amateurs de foot se sentent déchirés entre leur passion et les filles du lieu, une connexion satellite permettra aux amateurs de suivre en galante compagnie les parties disputées à quelques pas de là.

Preuve que cette maison n'est pas vraiment close, elle reçoit en moyenne 130 visiteurs par jour, dont plusieurs visiteurs du centre des congrès situé tout près. Les propriétaires d'Artemis entendent bien profiter de la manne de la Coupe du monde pour gonfler leur chiffre d'affaires en distribuant des publicités dans les hôtels de la ville et aux abords du stade.

«Nous pensons rester ouverts 24 heures sur 24 pendant tout le mois du tournoi», dit le gérant Egbert Krumeich. «Je pense que nous aurons beaucoup plus de clients, de 250 à 350 par jour, peut-être même 500.»

Helin, une Turque âgée de 30 ans, envisage de faire de nombreux allers-retours entre Berlin et Munich, question de rentabiliser au maximum la Coupe du monde.

«Il y aura plein de gens fous en Allemagne, mais il y aura aussi de très bons clients avec beaucoup d'argent. Je pourrais me faire 50% de plus qu'à l'habitude», dit la femme, une cigarette aux lèvres, ajustant la serviette jaune recouvrant son corps.

«Ce sera bien amusant, je vais rencontrer des gens de partout à travers le monde.»

La prostitution est légale en Allemagne où 400'000 personnes déclarent exercer cette profession. Les femmes travaillant chez Artemis paient des impôts et ont droit aux avantages sociaux comme tous les travailleurs.

Les hommes doivent payer 70 euros (110 francs) pour pénétrer l'enceinte du lupanar. Ils doivent ensuite remettre 60 euros directement aux femmes pour passer 30 minutes avec l'une d'entre elles.

De leur côté, les prostituées doivent payer 50 euros par jour pour utiliser l'endroit. Certaines peuvent même vivre dans l'établissement si elles le désirent.

Les défenseurs des droits des prostituées estiment que ce système protège les femmes des proxénètes et leur permet de choisir leurs clients.

Toutefois, des groupes s'inquiètent que la Coupe du monde augmente l'esclavagisme sexuel. L'Union européenne estime que, chaque année, 100'000 européennes sont forcées de se prostituer.

Le Conseil national des organisations de femmes d'Allemagne craint que 40'000 femmes des pays pauvres de l'Europe de l'Est soient envoyées de force à Berlin et à Munich pour assouvir les besoins des amateurs de football.

«La Coupe du monde est une occasion pour nous de joindre un plus large public et d'illustrer qu'une telle manifestation sportive a également un côté sombre», dit une représentante du Conseil, Ulrike Helwerth.

Des prostituées aussi s'inquiètent de ce trafic humain.

«Certaines d'entre nous faisons ce métier depuis longtemps en Allemagne», a dit Helin. «Si toutes les filles viennent ici comme elles l'ont fait en Grèce lors des Jeux Olympiques, ce sera mauvais pour nous.»

Cette chasse au profit a d'autres conséquences encore. Les drapeaux de l'Arabie saoudite et de l'Iran ont disparu d'une publicité géante pour la maison close "Pascha" à Cologne. Des personnes non identifiées avaient exigé que les drapeaux des pays islamiques disparaissent, sans quoi ils procéderaient à des violences.

"C'est chouette d'être un pacha", affirment les mots sur la bannière, qui affiche les drapeaux de tous les pays participant au Mondial. (ap)

Ton opinion