Actualisé 10.03.2006 à 16:06

Monopole de Swisscom sur le «last mile» en danger

Les deux chambres du parlement se sont mises d'accord pour l'ouverture aux concurrents du dernier kilomètre de raccordement téléphonique du fil de cuivre. Elles ne sont pas d'accord sur les modalités de cette libéralisation pour les lignes à haut-débit.

Selon le modèle du National, Swisscom ne devrait ouvrir ses lignes dans ce segment que pendant deux ans à ses concurrents. Seule la gauche et certains représentants des régions périphériques ont soutenu cette solution. Il s'agit aussi d'éviter que tout le projet ne capote si l'option qui sera retenue par la conférence de conciliation est repoussée, a souligné Ernst Leuenberger (PS/SO).

Dans ce cadre, This Jenny (UDC/GL) a d'ores et déjà plaidé pour un compromis, avec une ouverture durant quatre ans. En attendant, le délai de deux ans a été jugé trop court pour permettre à la concurrence de fonctionner et les sénateurs ont préféré s'en tenir à leur version.

Celle-ci ne fixe pas de limite dans le temps. Pour éviter que les «profiteurs» se ruent sur le marché du haut-débit, le Conseil fédéral pourrait toutefois intervenir après deux ans et exclure les entreprises actives dans ce secteur mais qui n'ont pas consenti aux investissements nécessaires. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!