Actualisé 16.10.2018 à 15:23

Genève

«Monsieur chien» viré par le parti socialiste

Manuel Alonso Unica, le président d'une association canine a été expulsé de la section socialiste de la Ville. Il siègera au Conseil municipal en indépendant.

de
mpo
Le désormais ex-membre du PS siègera en indépendant au Conseil municipal.

Le désormais ex-membre du PS siègera en indépendant au Conseil municipal.

Keystone/Salvatore di Nolfi

Le parti socialiste genevois a remercié Manuel Alonso Unica. Le remuant président du Mouvement de défense des propriétaires de chiens se l'est vu signifier le 27 septembre dernier. En cause, révèle «Le Courrier», ses critiques virulentes et répétées vis-à-vis de ses camarades de parti, notamment la conseillère administrative de la Ville, Sandrine Salerno. Manuel Alonso Unica avait échappé de peu à l'expulsion en 2017 pour les mêmes raisons, à condition de ne pas récidiver. Las pour lui, il n'en a pas été ainsi.

Ironie du sort, au moment où il est prié de partir, le jeu des élections lui ouvre la porte du Conseil municipal. Ainsi, Manuel Alonso Unica, vient ensuite sur la liste socialiste, est appelé à siéger après des démissions. Il a fait savoir à «20minutes» qu'il participera aux débats en tant qu'indépendant et ne souhaite pas, pour l'heure, rejoindre un autre parti. «Malgré tout ce qui s'est passé, je me sens socialiste», conclut-il.

Turbulences à Solidarités

Lundi, Radio Lac et Le Courrier révélaient que quatre élus de Solidarités avaient décidé de quitter le parti pour rejoindre le Parti du Travail (PDT). Tobia Schnebli, Ariane Arlotti, Morten Gisselbaek et Maria Pérez étaient en grève de militance depuis plusieurs mois. Il entendaient protester contre la gestion du conflit de travail entre Maria Perez et le secrétaire du parti, Pablo Cruchon. S'estimant ostracisés et insatisfaits de réponses apportées, ils ont démissionné et siégeront désormais sous les couleurs du PDT.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!