Actualisé 15.12.2015 à 16:52

«La vie très privée de Monsieur Sim»Monsieur Sim a le bourdon et ça nous donne la patate

Qui aurait cru qu'un jour Jean-Pierre Bacri, souvent cantonné dans des rôles de grincheux, serait le héros d'un «feel good movie»?

de
Catherine Magnin

Largué par sa femme, François Sim (Jean-Pierre Bacri) est un drôle de dépressif. Il ne cache pas son état. Il s'en vante même, tout en enjo­livant, paradoxalement, la description de sa vie minable. Et puis, c'est un irréductible bavard. C'en est même parfois un peu tuant. Littéralement...

La fortune de Monsieur Sim tourne le jour où il est engagé pour aller vendre des brosses à dents prétendument révolutionnaires dans le Vercors. Sur la route, il tue le temps en parlant à son GPS, qu'il prend un malin plaisir à tourner en bourrique dans les ronds-points.

Il profite du voyage pour tenter une petite fugue avec sa fille et pour renouer avec un amour de jeunesse. Et, finalement, lire le journal intime que son père lui a demandé de récupérer. Voilà qui va lui ouvrir les yeux sur le sens de sa vie...

Dans «La vie très privée de Monsieur Sim», le réalisateur Michel Leclerc («Le Nom des gens») trimbale son personnage à travers une France toute grisaille, puis de plus en plus lumineuse. Sur le mode du road-movie revigorant, il parle de ces petites impostures qui peuvent devenir dramatiques quand on s'y enlise. D'ailleurs, un livre offert à Sim raconte l'histoire d'un navigateur, Donald Crowhurst, qui se suicida plutôt que d'avouer qu'il avait transmis de fausses positions pour cacher son échec...

«La vie très privée de Monsieur Sim»

De Michel Leclerc. Avec Jean-Pierre Bacri, Mathieu Amalric.

Sortie le 16 décembre 2015

****

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!