Contingentement laitier le 1er mai: Montée d'adrénaline à Pringy
Actualisé

Contingentement laitier le 1er maiMontée d'adrénaline à Pringy

Une rencontre entre la section Uniterre Fribourg et la Fédération des sociétés fribourgeoises de laiterie (FSFL) a failli tourner à l'aigre dans la nuit de lundi à mardi.

Le syndicat se plaint que la FSFL ne gère pas les quantités de lait coulé selon les accords conclus en avril.

Dans un communiqué lundi soir, Uniterre avait annoncé la couleur: «La section Uniterre-Fribourg ne quittera pas les lieux tant qu'elle n'aura pas l'assurance, par un document signé, que la fédération respectera le règlement».

Uniterre-Fribourg se disait prête à rester plusieurs heures sur place et à ne pas ne laisser sortir les délégués de la FSFL avant d'avoir obtenu un résultat. «La réunion s'est terminée mardi à 02h00 du matin», a dit à l'ATS Valentina Hemmeler, secrétaire syndicale d'Uniterre.

Selon elle, tout s'est bien passé. Il n'y pas eu de débordements, mais le syndicat n'a pas obtenu ce qu'il voulait. Uniterre espère cependant que la fédération a été sensible à ses arguments.

«Rétablir une situation saine»

Le syndicat a demandé la tenue d'une assemblée générale extraordinaire pour aborder la question des quantités. Uniterre reproche à la FSFL de continuer à accorder des quantités supplémentaires, encourageant ainsi la surproduction, alors que le secteur laitier est en crise.

Depuis le 1er mai, le marché laitier est passé d'un système de contingent de droit public à un système privé. Selon Uniterre, certaines organisations laitières ont depuis cherché à réguler les quantités et ont par exemple proposé de suspendre les quantités supplémentaires qui avaient été octroyées. Plusieurs d'entre elles ont clairement spécifié ce qui pouvait être considéré comme «quantités contractuelles de base» et «quantités supplémentaires».

(ats)

Ton opinion