15.04.2020 à 20:34

Coronavirus

Monteurs pour Ikea, ils se disent en danger

Les monteurs de meubles à domicile entrent encore chez les clients pour travailler. L'un d'eux témoigne de son inquiétude.

de
Lucie Fehlbaum
Selon la taille des logements ou le nombre de personnes qui y résident, difficile de respecter les mesures.

Selon la taille des logements ou le nombre de personnes qui y résident, difficile de respecter les mesures.

DR

«Ce qui m'énerve, c'est qu'Ikea fait tout pour encourager les achats. Je suis asthmatique et je ne me sens pas en sécurité.» Joao* est désabusé. Monteur de meubles pour le géant suédois, il pensait que le semi-confinement mettrait en pause le montage chez les clients. «Ça a été le cas deux semaines, mais depuis le 1er avril, ça a repris de plus belle.» L'entreprise qui l'emploie, mandatée par Ikea, officie dans toute la Suisse romande. Les livreurs reçoivent 50 ml de gel désinfectant et seul un masque, à réutiliser. Joao assure que la quantité de travail, «depuis que la livraison express est à moitié prix», l'empêche de passer au dépôt pour se réapprovisionner en masques.

Ikea affirme avoir adopté toutes les mesures nécessaires. Ses employés doivent porter masques et gants et se tenir à deux mètres. «Nous désirons être présents pour nos clients et les accompagner dans la mesure du possible, même en cette période particulière. Nous suivons les consignes des autorités. Il n'y a jamais plus de deux collaborateurs sur place. Ces derniers sont informés des directives à suivre», affirme Simona Crivelli, porte-parole. Pas suffisant pour le syndicat Unia.

«A l'employeur de protéger la santé de son employé, rappelle sa porte-parole, Virginie Pilault. Les livreurs sont exposés s'ils ne peuvent pas respecter la distance de deux mètres entre eux, ou avec la clientèle.» Joao confirme: dans la camionnette ou dans les petits logements, impossible de suivre la règle. Côté clients, le Département de la santé genevois se demande si le moment est bien choisi pour commander des meubles. Par ailleurs, une personne porteuse du virus qui inviterait des livreurs à entrer sans les informer commet un acte criminel.

*prénom d'emprunt

Electriciens aussi

D'autres métiers de l'artisanat sont concernés, notamment les plombiers ou les électriciens. Ces derniers «sont obligés d'être plusieurs, notamment pour poser des gaines, explique Yannick Egger, membre de la direction des Arts et métiers d'Unia. Un jour ils posent une lampe chez un client, le lendemain ils sont sur un chantier. Le risque de transmission est mal maîtrisé.» Le syndicat demande un contrôle sérieux voire la fermeture des chantiers. «Il y a une telle pression sur les travailleurs, ils se sentent vraiment comme des citoyens de seconde zone, déplore Yannick Egger. A quoi bon confiner la moitié de la population et faire travailler l'autre?»

Consignes pour les travailleurs à risque

Joao, asthmatique, fait partie des personnes à risques. Le Conseil fédéral a pris des dispositions à ce sujet. «Un livreur « à risque » a le droit de ne pas aller travailler, indique Virginie Pilault. Si son employeur ne prend pas toutes les mesures pour le protéger, il doit d'abord l'alerter sur le respect des directives. Si cela reste sans effet, le travailleur alerte le syndicat ou l'inspection du travail.» Dès lors, il peut

refuser d'aller travailler en expliquant ses raisons par écrit: le non-respect des prescriptions de l'Office fédéral de la santé.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!