sécurité: Montrer patte blanche pour entrer dans la crèche

Actualisé

sécuritéMontrer patte blanche pour entrer dans la crèche

Il faut désormais apposer ses empreintes digitales pour pénétrer dans certaines garderies.

par
Frédéric Nejad

«Il s'agit avant tout de mettre ses enfants en sécurité.» Directrice de L'île aux enfants à Pully (VD), Sophie Krähenbühl assume le choix d'avoir fait récemment installer un boitier de reconnaissance digitale à la porte d'entrée de la crèche. Ce qui semble rassurer des parents craintifs après la tuerie vécue dans une garderie en Belgique en janvier.

Désormais, pour pénétrer dans ce jardin d'enfants, éducatrices et parents doivent poser un doigt sur ce système de reconnaissance d'empreinte afin d'ouvrir la porte d'entrée, comme l'a dévoilé lundi soir la chaîne régionale TVRL.

A Nyon, le jardin d'enfants La Boironnette à fait œuvre de pionnier en la matière. Sa directrice, Virginie Freymond, avait demandé au Service de la protection de la jeunesse (SPJ) en 2002 l'autorisation d'installer des webcams dans sa crèche pour permettre aux parents de voir leurs enfants jouer à distance grâce à des codes d'accès sur un ordi. Refus net du SPJ, confirmé en 2006 par le Tribunal cantonal.

«Alors que cela existe en Espagne et en Angleterre», souligne Virginie Freymond. Devant ce refus, elle a fait installer un système de reconnaissance d'empreinte digitale il y a huit mois, uniquement utilisé par le personnel de sa crèche. «Il s'agit surtout d'un aspect pratique: il n'y a plus de clés à gérer.» D'autres directions de garderie sont venues observer ce système et l'ont adopté, comme Cap Canaille à Villars-sur-Glâne (FR).

Ton opinion