Couac géopolitique: Morano confond l'EI et le jihad islamique palestinien
Actualisé

Couac géopolitiqueMorano confond l'EI et le jihad islamique palestinien

Expliquant son opposition à la reconnaissance de l'Etat palestinien, débattue à l'Assemblée nationale française, l'eurodéputée UMP a assuré ce vendredi que le jihad islamique «décapite les occidentaux».

«Les membres du jihad islamique, donc les partenaires du Hamas», «décapitent les occidentaux», a affirmé vendredi la députée européenne UMP Nadine Morano, dans un amalgame avec l'Etat islamique, pour justifier son appel à voter contre la résolution de reconnaissance de l'Etat palestinien.

Après les Parlements britannique et espagnol, l'Assemblée débat vendredi de la reconnaissance de l'Etat palestinien par le biais d'une résolution non contraignante qui devrait être ensuite adoptée mardi sans le soutien de la droite. «J'espère que tous mes collègues de l'UMP voteront contre ce texte» car «dans les circonstances actuelles, je crois que ce texte est malvenu et les socialistes ne s'honorent pas de déposer cette résolution aujourd'hui», a déclaré Nadine Morano sur France Info (voir ci-dessous).

«La Palestine aujourd'hui, ceux qui dirigent, c'est le Hamas et le Fatah. Le Hamas est reconnu au niveau international comme une organisation terroriste, qui s'est d'ailleurs réjouie des attentats qui viennent d'avoir lieu à Jerusalem. Je trouve cela extrêmement grave. Il faut une reconnaissance mutuelle et non unilatérale de l'Etat palestinien», a développé l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy. «Qui décapite les Occidentaux aujourd'hui? C'est ceux qui sont membres du jihad islamique, donc les partenaires du Hamas. Ce sont les Juifs qui décapitent aujourd'hui? Ce sont les Juifs qui ont décapité Hervé Gourdel? Je vous pose la question», a-t-elle insisté.

Le Hamas et le Jihad islamique ont salué la semaine dernière l'attaque à la hache, au couteau et au pistolet qui a coûté la vie à quatre juifs israéliens dans une synagogue de Jérusalem. Les décapitations de plusieurs otages occidentaux ces dernières semaines ont en revanche eu lieu en Syrie ou en Irak et ont été revendiquées par l'Etat islamique, organisation jihadiste opérant dans ces deux pays. Celle du Français Hervé Gourdel en Algérie a été revendiquée par un autre groupe islamiste, Jund al-Khilafa («Les soldats du califat»).

«Je voudrais qu'on prenne un peu conscience des dangers ici en France. On a pratiquement 1 200 jeunes qui se sont engagés vers le jihad, on a eu Mohamed Merah, on a ces messages extrêmement durs du jihad islamique que nous devons combattre et le Hamas a salué l'attentat à Jérusalem aux côtés du jihad islamique», a poursuivi Nadine Morano.

1132 Français sont impliqués dans les filières jihadistes, dont 376 seraient actuellement en Syrie et en Irak, a affirmé lundi le procureur de la République de Paris, François Molins.

(afp)

Ton opinion